La grenouille qui veut se faire aussi grosse qu’une épingle

Il était un foie, dans un pays pas si loin, d’une si rose grenouille tout de violet vêtue, cirrhose en plus. Grasse et grosse elle était, alcoolisés ses organes imbibés en souffraient.

Sur le chemin du détour d’un soir sans lendemain, la tête dans le cul tel un ventriloque sans main, elle se surprit à marmonner ce sage refrain : « Jamais plus d’huile dans ma vodka j’ajouterai, ce mercredi c’est fini, à la tisane un nouveau culte je vouerai, c’est promis. »

Le temps passa, plusieurs fois le soleil se leva. Nouvellement inscrite au cours de macramé du voisin hibou et maîtrisant les infusions d’herbes et de boue, notre grano-grenouille en devenir sentait son rose foie enfin maigrir. Pour sa santé tant d’efforts et de sacrifices, essayant d’oublier tant bien que mal l’attrait du vice. Car si de promesses le futur rayonnait, de son passé moins que parfait la grenouille s’ennuyait. Mais son médecin lui a dit, un foie gras ne fait pas vivre longtemps et c’est tes habitudes de vie qui te tuerons bien avant le printemps.

C’est perdue dans ses pensées qu’elle se sentit soudainement du sol soulevée. Un jeune humain l’air amusé tenait de l’autre main un paquet de du Maurier. C’est sans grande introduction que son dernier plaisir inhalé fut aussi bref que l’explosion.

La morale de cette histoire vaut ce qu’elle vaut et se résume en peu de mots : les changements pour mieux faire ne garantissent pas nécessairement la lumière.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s