De 10h48 à 11h03

Je n’ai que quinze minutes.  Ne cherche pas à comprendre.  Je ne m’écoute plus moi-même.  Le printemps n’en finit plus de nous aguicher.  Ils parlent du printemps québécois, un peu partout aux nouvelles.

Je devrais cesser d’écrire et réfléchir à ce que je veux te dire.

Un camion passe.  Un avion dans le ciel.  La voisine d’en-haut déplace des meubles en s’assurant de faire le plus de bruit possible. Elle est très attentionnée à ce niveau-là.

Déjà deux minutes envolées, remplies de vacuité.

Je vais faire un test et me mettre à écrire à la troisième personne du singulier.  À l’imparfait. Pour te jouer un tour.

C’était nouveau pour elle d’écrire dans cette pièce de la maison. Son conjoint venait tout juste de changer l’ordinateur de place.  La lumière du soleil filtrait à travers le rideau de tulle gris et ça faisait un carré de soleil sur le plancher. Derrière elle, son piano et sa guitare, silencieux.

Bof, c’est pas si convaincant; je vais plutôt te raconter une histoire.

Il était une fois un lecteur qui se demandait bien où la blogueuse voulait en venir. Ses yeux lisaient les mots et son cerveau les avalait avec la vague impression de n’être pas nourri à pleine satisfaction. J’ai le maudit réflexe de vouloir corriger mes phrases mais je ne vais quand même pas tricher sur mon propre thème. Le lecteur remarqua que la rédactrice avait décroché et s’en amusa lorsqu’elle le lui annonça tout de go.

Ouin.

Le lecteur commençait à trouver le texte un peu long…

Tu commences à t’ennuyer, je sais.

Au fond, ce matin, tout ce que je te dirais ne ferait pas l’affaire. C’est trop, dire ça à un lecteur. Que peut-on savoir de ce qu’il est capable de prendre?

Donc j’écris, voilà, du vent.

Du bon vent frais, dans le visage, et le bruit de rien, le fort bruit de rien d’autre que le vent dans les arbres.  Besoin de ce grand bruit, de rien, de cet air frais, du soleil chaud et bon.  De personne autour. Seule en haut de la montagne, prête à sauter, en deltaplane.  Comme un oiseau ou un fantôme.

Libre.

Je regarde l’heure. L’heure approche. Bientôt je devrai cesser d’écrire.  Je n’aurai pas dit grand chose –  on s’en moquera un peu, peut-être. Mais j’aurai essayé.

Une minute.  C’est tout.  Je n’ai plus de temps – ce texte meurt.

2 réflexions sur “De 10h48 à 11h03

  1. J’ai beaucoup aimé ca, vous êtes vraiment bonnes. mon petit bonheur quotidien. Je suis en train de lire de Louise d’Essiambre Tremblay, Mémoires d’un quartier (tome 11), un des personnages est une pianiste qui n’a plus le temps de jouer de son instrument, engloutie qu’elle est dans la frénésie des « responsabilités » de la vie. Ton clin d’oeil à ton piano et la guitare m’a fait penser à mon livre. J’ai bien aimé les descriptions que tu as faite dans ton texte. Me semble que j’en aurais lu encore et encore.

    Merci!

    de ton fan numéro 1 (oups no 2, car la première c’est ta mère)

    Passe une bonne journée.

  2. Merci Marc. Ça a été vraiment plaisant d’écrire ce texte-là… J’avais l’impression d’être à la fois rédactrice et lectrice puisqu’il fallait écrire automatiquement, sans penser… Mais je remarque quand même le fort côté analytique dont je n’arrive pas à décrocher (et c’est justement lui qui me fait décrocher!) 😉

    Ta comparaison au personnage de la pianiste est très vraie ces jours-ci; encore hier, après le souper, j’avais le goût de jouer et même l’inspiration était au rendez-vous, je sentais les doigts « aller tout seuls », mais j’ai dû arrêter – des « responsabilités ». Puis après, une fois tout fait… j’étais juste trop fatiguée.

    J’ose espérer que ça reviendra très bientôt.

    Merci de nous lire et bonne journée!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s