La limite de mes poings

Pis là, j’ai vraiment fessé fort. C’est elle qui était dans le tort, moi j’avais payé ce que je devais. Un rapide regard de gauche à droite pour revérifier que y’avait pas de témoins oculaires, ni de ceux qui entendent avec leurs oreilles, pis c’est à coup de pied que j’ai continué. C’est pas vrai que je vais me faire niaiser de même. Pour m’aider à frapper plus fort, je pensais à tout ce qui m’a fait chier cette semaine ; le gars à l’épicerie à la caisse, qui en plus de collectionner les coupons rabais et d’acheter exclusivement du coke, du steak haché, des pogos pis des pop-tart, s’est obstiné pendant dix minutes avec le gérant sur la fraicheur dudit steak, la fille qui mettait du gaz dans son char en avant de moi qui parlait au cellulaire à la place de peser su’a pompe pis qui a fait le tour du dépanneur quatorze fois avant de se choisir une bouteille d’eau sans calories avant de tasser son esti de véhicule que je puisse moi aussi me vider les poches à coup de 1.49$ le litre. C’était de plus en plus légitime que je me défoule, c’est comme passer au suivant. Y’a eu aussi mon frère que j’ai dû aider à déménager, même si lui y lève jamais un poil de chair de poule pour moi. Pis juste parce que j’ai lancé au bout de mes bras sa lampe laitte en forme de chaton après m’être enfargé dans son fil électrique, y’a commencé à me dire que je savais pas me contrôler, que j’avais une personnalité borderline. Une personnalité quoi que j’lui ai demandé, en me retenant d’échapper « sans faire exprès » une boite marqué fragile dessus? Une personnalité limite; limite de toujours vouloir tout casser, limite de pogner les nerfs pour rien, limite que c’est dur d’être mon ami. Ben y’a fini son déménagement tu seul avec une coupe d’assiettes en moins dans son kit. Je suis revenu à mes pensées présentes parce que mes jointures saignaient et que ça commençait à faire mal. Mon truc avait marché, j’avais franchement cogné fort cette fois là, même si ça continuait à rien donner. J’ai sacré en criant en fixant mon sac de chips pogné dans machine et je suis parti avant de mettre le feu.

Publicités

2 réflexions sur “La limite de mes poings

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s