Broche à foin

Il faut souffrir pour être belle. Dans la salle de réveil, Judith se demandait vraiment si ça en valait la peine. Elle se sentait faible et tremblante, et son état lui rappelait un documentaire sur les zèbres regardé par un après-midi pluvieux, où un nouveau-né tentait de faire ses premiers pas pour fuir les lions avec le reste du troupeau. Heureusement, la seule chose que Judith devait faire, c’était d’attendre sa mère.

Une table de chevet vide et un rideau bleu pâle décoraient l’espace. L’oreiller se colorait aussi de rouge, peu à peu. L’infirmière lui avait dit de ne pas avaler le sang, sinon elle pouvait être malade, et vomir était la chose à éviter à tout prix dans son état. Judith soupira. L’effet de l’anesthésie s’étendait des oreilles au milieu du cou, bien que seule la mâchoire était touchée. Le temps que tout se recolle, on avait tout broché ensemble, et Judith serait près de 6 semaines à pratiquer cette cure du silence. Oh, elle pouvait pousser des cris sourds et faire quelques contorsions de langue, mais bien que le ridicule de tue pas, pour Judith, il n’y avait pas pire honte qu’une élocution hasardeuse.

Tout ça pour un beau sourire aligné, les dents d’en haut sur les dents d’en bas. L’année scolaire s’était terminée l’avant-veille, elle disposait donc de tout l’été pour se refaire. La fracture était nécessaire, mais vraiment, les prochaines semaines seraient ardues. Judith suinta un mélange de sang et salive par le minuscule espace laissé pour une paille, au centre, et attendit sa mère.

Elle commençait à avoir faim. Vendait-on des milk shakes dans cet hôpital ? Elle pourrait aller chaparder quelque chose sur l’aile de la gériatrie. Le manger mou, pas le choix, jusqu’à ce qu’on retire les broches. Adieu BBQ et melons d’eau juteux. Tous ses repas seraient liquides. Moins tremblante, mais de plus en plus affamée, Judith décida de prendre un peu d’avance et de s’habiller toute seule, comme une grande. Elle dut prendre une pause entre ses chaussettes, sa mâchoire semblait lourde comme du plomb et commençait à élancer. Mais où était donc sa mère?

Elle fit un petit signe à l’infirmière avant de sortir de la salle de réveil, et ce qui devait être un sourire.  Judith avait une faim de loup et voulait de l’air frais. Pour une fois, elle se foutait pas mal de ce que les gens pouvaient penser, ceux qui la dévisageaient avec sa mâchoire tuméfiée et le mouchoir ensanglanté qu’elle portait fréquemment à sa bouche. Était-ce normal de perdre autant de sang ?

Elle atteignit enfin le lobby et sortit. Une dizaine de personnes, pâles et nerveuses, tétaient distraitement leur cigarette. L’odeur âcre donna un haut-le-coeur à Judith, qui, paniquée à l’idée de vomir, se sentit faiblir. On s’approcha d’elle pour lui demander ce qui n’allait pas, et la fumée s’épaissit. Ne pouvant rien expliquer, Judith fit la seule chose qu’elle pouvait faire: elle cracha une énorme flaque de sang et l’attroupement recula. Elle s’entendit respirer bruyamment par le nez, à deux doigts de fondre en larmes.

«Judith?»

Sa mère, enfin! Avec l’infirmière de la salle de réveil, l’air contrarié. Judith se laissa guider vers le fauteuil roulant et on l’installa ensuite dans la voiture. Sa mère était passée chez McDo et lui avait acheté un énorme milk shake à la banane. On lui remit des mouchoirs propres avant de refermer la portière. Judith se mit à pleurer. L’infirmière expliqua à sa mère que c’était un effet secondaire de l’anesthésie, puis retourna à l’intérieur de l’hôpital. Sa mère, perplexe, la regarda pleurer entre deux gorgées. « Il faut souffrir pour être belle, ma grande.»

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s