Hier et demain

Ma Clémence,
je t’ordonne ton pardon
je te redonne le droit à la voix
celle qui voit tout et qui avait raison

C’est pas donné un petit doigt à tout le monde
à tout le moins, le majeur d’y répondre
Ton instinct c’est un dessert trop sucré
qu’on accepte les yeux et les poings fermés

Je t’écoute pour une fois
J’emballe de papier cadeau mes doutes et mes révolutions de plastique
je te les offre sans cérémonie, sans faire de bruit
mes armes sont au lave vaisselle, c’est la vengeance qui se fait belle

On gardera ça entre nous
entre toi et les lois du non dit
c’est comme quand tu penses que t’as raison
que les épaules se haussent en confirmation

Par fatigue, par paresse
Je donne, je reçois la sainte paix
contre mon ego agrippé aux parce que
un rêve d’union qui s’imagine en prison

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s