Messager

L’homme gesticulait devant Charles depuis déjà dix bonnes minutes; par tous les moyens, il tentait d’attirer son attention. Charles regardait défiler la rue avec ses commerces et ses maisons en se concentrant religieusement sur le rythme obsédant de la musique qui entrait dans ses oreilles. Sauf que soudain, l’homme cessa de s’agiter, et Charles l’observa du coin de l’œil. Il secouait la tête, les épaules basses. Il semblait découragé. Triste.

Charles sentit monter en lui, au travers de sa grande lassitude, une petite pointe de culpabilité. Il enleva ses écouteurs, fit un signe à l’homme, se leva, descendit de l’autobus, marcha deux coins de rue pour revenir à l’arrêt précédent et se dirigea, lentement, vers un banc de parc où était assise à l’ombre d’un grand arbre une toute petite femme aux cheveux blancs, en train de se moucher, minutieusement, les yeux petits, larmoyants, rougis.

«Vous avez perdu quelqu’un il n’y pas longtemps, Madame?»

Claire leva des yeux étonnés vers le jeune homme devant elle. La bouche ouverte de stupéfaction.

«Oh!? Mais je… j’ai… des allergies!» dit-elle, tremblante, avant de se moucher à nouveau pour prouver l’affirmation – et de serrer sa sacoche un peu plus contre elle.

Charles tourna la tête à sa gauche. Il pointa le vide avec son pouce.

«Votre mari me suit depuis que je suis embarqué dans l’autobus à Langelier. J’ai bien essayé de ne pas l’écouter. Je suis fatigué ce matin, j’ai pas le goût de travailler. Mais j’ai bien vu quand on est passé devant le parc à quel point il était déçu que je refuse de passer le message, alors je suis venu vous trouver. Vous êtes Claire, c’est ça? »

Claire porta la main sur sa bouche, ouvrit grand les yeux, regarda tout autour.

«Mais… comment vous savez ça? Est-ce… qu’on se connaît?»

L’homme chuchota aux oreilles de Charles, qui s’approcha de Claire, et lui parla d’une voix douce.

«Arthur vous dit de ne pas vous inquiéter. Il sera là quand vous partirez. Il est heureux que vous soyez venue ici ce matin. En souvenir de votre première rencontre.»

Claire pencha la tête. Ses épaules se soulevèrent de quelques soubresauts. Des larmes suivaient silencieusement les rides de ses joues, glissaient le long de son nez – qu’elle essuya encore.

«Arthur…»

Charles s’agenouilla pour mettre sa main sur l’épaule de Claire. Arthur, qui s’était assis tout près d’elle, passa son bras autour de son cou.

«Il est là, présentement. Il est à côté de vous sur le banc. Il vous fait un câlin. Il dit qu’il vous aime et qu’il sera là jusqu’à ce que vous partiez. Avec lui.»

Claire regarda la place vide à ses côtés. Sentit la brise froide dans son cou. Un vent chaud soufflait pourtant dans les feuilles du grand orme au-dessus d’elle. Elle regarda Charles dans les yeux. Elle ne pouvait dire un mot.

«Je dois m’en aller, Claire. C’est ma journée de congé, vous comprenez? Ne vous inquiétez plus. Vous n’êtes pas seule. Portez-vous bien, ok?»

Claire aquiesça lentement de la tête. Charles se releva doucement. Arthur le remercia d’un grand sourire. Il haussa les épaules.

«De rien, Monsieur.»

Puis il tourna les talons, remis ses écouteurs sur ses oreilles, et marcha vers l’arrêt d’autobus pour reprendre son chemin. Au coin de la rue, il se retourna. Arthur, toujours près de son épouse, lui envoya la main. Claire avait le regard et la main posés sur la place vide à ses côtés.

L’autobus arriva quelques minutes plus tard. Charles monta et alla s’asseoir tout au fond. Deux arrêts plus loin, une jeune femme embarqua. Elle vint s’asseoir à côté de Charles. Tout comme Arthur, elle non plus, elle n’était plus «là». Mais elle serait patiente. Elle avait tout son temps.

Publicités

3 réflexions sur “Messager

  1. Quel belle idée ! … Et à quel syndicat appartiennent les Messagers pour avoir des jours de congé ?

    1. Aux Saints-Dits-Cas, bien entendu. C’est pas facile quand les clients te suivent partout! Il faut mettre ses limites mais… c’est pas un cadeau! 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s