La Bête

« … au son du timbre… » BIIIIIIIIIIP

– Sam, c’est moi… Écoute, ça fait longtemps que je pense à t’appeler… J’savais pu trop comment faire ça… Ben j’le fais là : j’t’appelle. T’es pas là? Tant mieux, ça va être plus facile… Sam. Je ne reviendrai plus, Sam… Je

– Ève, qu’est-ce que tu dis?

– Shit… T’es là… J’disais que je reviendrai pas…

– Comment, tu reviendras pas? T’es où, là?

– J’te l’dis pas… Écoute, Sam…

– ÈVE! J’te l’demanderai pas deux fois : T’es où? M’a venir te chercher, moi, ma p’tite…

– Sam, même si tu cries, j’te l’dirai pas… J’te l’dirai pu…

– J’crie pas… J’veux pas crier Ève, tu le sais…

– Sam, écoute-moi. Écoute-moi pis parle pus… C’est important.

– …

– J’en pouvais pus… J’en pouvais pus, pis tu le savais depuis longtemps… Trop longtemps.. T’es trop fin, Sam… J’avais besoin de sentir que ça vivait encore en d’dans. Ça fait 4 ans qu’on est ensemble, pis ça fait 4 ans que j’me sens morte…

– De quoi tu parles, Ève…

– Te rappelles-tu, quand on a commencé à s’voir, j’t’avais dit qu’y’avait comme une bête farouche qui se cachait en dedans de moi, pis toi tu faisais l’comique en m’disant que t’étais un chasseur…

-Ève…

– Te rappelles-tu, Sam? Te rappelles-tu combien j’étais contente d’être calme dans tes bras, mais que je te disais que ça durerait peut-être pas?

– Oui, j’m’en rappelle… Ça doit faire 2 ans de ça. T’en parlais pus depuis 2 ans Ève, qu’est-ce que tu dis?

– J’dis que la bête est revenue, Sam.

– La bête? Quelle bête?

– Sam, avant d’te rencontrer, j’me rentrais des aiguilles dans les bras… Pis là, t’es arrivé. Pis j’ai arrêté comme si j’y avais jamais touché. Mais là, j’suis tannée. J’ai besoin d’la laissé sortir.

– Tu me dis que t’es sur une go depuis 2 mois, pis que tu ne reviendras pas, pour faire un trip de dope?? Tes enfants, Ève? Ta maison, notre resto??? C’est pas sérieux, ça, hein? Dis-moi que c’t’une farce, Ève… Tu m’brises le coeur…

– Je reviens pas j’te dis. Ton cœur est pas brisé pantoute. Ça brise pas un cœur, Sam. Mes enfants pis ma maison, c’est autant à toi. Notre resto… J’m’en fous… Vends-le. Vends tout, Sam. Fais donc c’que tu veux avec tout c’que tu veux. Tout ce que je veux, moi, c’est être libre comme l’air…

– Ève, te rends-tu compte de c’que tu dis…

– Tout ce que je dis, Sam, c’est que je reviendrai plus. Salut.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s