La manœuvre

J’arriverai à un point de non-retour. Je n’aurai plus le choix. Seule ou sans conquête à l’horizon, j’aurais flanché sous la pression, j’aurais viré de bord et abattu sans me gêner.

Je ne pourrais plus attendre, je me planterais sinon. Recours MAYDAY à n’utiliser qu’en cas de vent extrême mêlé à équipier très beau, mais non-initié.

Je réviserai les étapes de la manœuvre, prendrai un nœud de recul, rebiquerai du côté en lançant un mot d’esprit et gîterai à contre-courant pour mieux fuser dans un léger éclat de rires, d’un naturel et d’une féminité assourdissant.  Parée à envoyer ? Envoyez !

Passage au grand largue en douceur et sans choquer.  Il me trouvera si mignonne qu’il m’embrassera en se demandant s’il vient d’échapper une vesse…  Je lui tirerai une tête, j’aurai le vent dans les voiles et plus dans les fesses.

Et nous filerons sous les alizés du bonheur. Moi, bronzée, libre et épilée… Seule maître à bord, sifflant au gré de mes humeurs salées : «Affalez le pantalon, matelot !» «À vos ordres, capitaine Gripette !»

Publicités

3 réflexions sur “La manœuvre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s