Mon petit coffret

Je m’appelle Viktor, j’ai 8 ans, et je vis à Montréal. Je voulais vous parler de mon arrière-grand-père. J’ai beaucoup de questions sur mon arrière-grand-père, mais maman me dit toujours que je suis trop jeune. J’ai hâte de vieillir pour avoir les réponses. Je sais qu’il a survécu à la guerre, c’est tout. Je ne serais pas ici sinon. C’est un miracle. La guerre, c’est vraiment très horrible.

Mon arrière-grand-père est mort l’an dernier entouré de sa famille. Il était très très vieux. Il ne parlait jamais de la guerre, parce que je crois que ça le rendait très triste. Mais il avait un petit coffret noir en bois qui m’intriguait beaucoup. C’est l’objet de lui que j’ai gardé en souvenir. Je l’aimais beaucoup mon arrière-grand-père.

Quand j’ouvre le coffret je vois des mèches de cheveux. Elles sont blondes, rousses, brunes. Elles mesurent 3, 4 ou même 5 centimètres (j’ai mesuré avec ma belle règle en bois). Elles sont soigneusement conservées, brochées sur du velours rouge avec un fil en or tout autour. Parfois je les touche du bout des doigts, mais ça fait toujours un peu bizarre. Je n’arrive pas à m’expliquer pourquoi. Sous chaque mèche de cheveux, il y a des noms sur des petits cartons blancs, mais je n’arrive pas toujours à les prononcer. Il y a deux années, aussi, comme on en voit sur les pierres tombales.

Le coffret est un grand mystère pour moi. Ma maman m’a juste dit que mon arrière-grand-père coupait les cheveux à la guerre, c’est tout. Je trouve ça un peu étrange… Je suis plein de questions. Je dois inventer des histoires sur les gens à qui ont appartenu les mèches de cheveux, parce que je n’en sais pas plus long. Je dois aussi inventer des histoires sur pourquoi mon arrière-grand-père coupait les cheveux, et comment il a réussi à garder sur lui les mèches, mais surtout comment il est sorti vivant de la guerre. Ça prend beaucoup d’imagination.

Dans ma famille j’entends souvent parler d’Auschwitz, mais je ne comprends pas très bien ce qui est arrivé… On évite d’en parler devant moi parce que je suis trop jeune. J’ai hâte de vieillir.

Ah oui, j’ai oublié de vous dire. Il y a une inscription en polonais sur le coffret. Elle est gravée sur une plaque en or. Je ne comprends pas le polonais, mais mon arrière-grand-père quand il était vivant a bien voulu me traduire. C’est la seule fois où il m’a parlé de la guerre. C’est écrit : « Victimes et vétérans de la guerre, nous nous souvenons de vous. » Il ne m’a rien dit de plus, parce que ça le rendait trop triste. Après, il me donnait du chocolat.

À l’école parfois je me fais taquiner. Les autres disent que mon arrière-grand-père était un traître et un lâche. Mais je ne les écoute pas. Il est revenu vivant de la guerre, alors il est un héros, c’est certain.

Quand je serai grand, je serai barbier.

(suite du texte « Bloc B » écrit par Pierre-Emmanuel le 2 août 2012, sous le thème « Les Cheveux »)

https://forcedefrappe.wordpress.com/2012/08/02/bloc-b/

Publicités

2 réflexions sur “Mon petit coffret

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s