1969-2012 ou Le Repos de la Guerrière

La première fois que je t’ai vue, ça fait longtemps…
En fait, j’sais même pas combien de temps, j’suis pas ben bonne là-dedans…
Tu te rappelles-tu?

Je devais aller voir un show ou retrouver des amis… J’suis arrivée au Quai, et tu fumais avec mon cousin, JBJr.  Il nous a présenté, et tu m’as sauté dessus en me serrant très fort, en criant « MAUDE ROCK!!!! » comme si tu me connaissais, comme si j’étais ta vieille chum depuis des siècles, comme si je t’avais manqué.

Tout un numéro.

C’était la première fois que je te rencontrais, Ève Cournoyer, et tu es entrée dans mon cœur comme une flèche: droite, profonde, solide. Tu l’as traversé pis t’en es jamais ressortie.

Ça m’avait bouleversée. Pour une des rares fois dans ma vie, je sentais que je comptais.
C’est drôle, c’te sentiment-là…
On ne se connaissait même pas, je n’avais jamais écouté ta musique et je te trouvais merveilleuse. En une seconde, tu avais pris plus d’importance dans ma vie que bien des gens.
Parce que je te sentais vraie, pure, brave.
Parce que je te sentais humaine.
Parce que, déjà, je t’aimais.

Et ça m’avait marqué parce que je te connaissais de nom et je n’arrêtais pas de me demander comment une grande femme comme toi avait pu entendre parler de moi, d’où venait cette fessée d’amour que tu m’envoyais dans face, moi qui me trouvais si petite, si peu…

Après, tu jouais souvent au P’tit Bar. J’suis allée te voir un soir où JBJr jouait pour toi, en première partie. C’était la première fois que je t’entendais.
Illumination. Révélation.
Tu as éveillé en moi un drôle de sentiment, peut-être le même qui assomme les gens qui deviennent prêtres, ou moines… Je ne sais pas. Pour moi, c’était clair, tu étais la plus grande de toutes, la plus forte, la plus belle. Tu étais mon modèle.

Après le spectacle, je me sentais toute petite, encore plus petite que mon 4 pieds 10. Tu m’as embrassée et c’est là que je t’ai dit que tu étais comme un mélange d’Ani diFranco et de Diane Dufresne, mais en plus grande. Tu es comme tombée sur le cul et tu m’as dit de t’écouter, en me tendant Sabot-de-Vénus. C’est ce que j’ai fait. Pis j’ai enchaîné avec L’Écho qui m’a passé dans le corps, dans le cœur, qui m’a traversé, qui me perfore encore. Et pareil avec ta Tempête qui me bardasse encore le ventre. Sans parler du Labeur

Pis on s’est revues plein de fois.
Au Quai, au Cheval…
À mon anniversaire où tu nous avais offert, à moi et à Djou qui fêtions en même temps, un genre de petit papillon.On s’est rappelée ça cette semaine, ça pis plein d’autres trucs plein d’amour. J’te dis que tu nous en fait revivre des émotions cette semaine, ma belle grande amie…

T’avais le don de me dire les vraies choses, les bonnes choses.
T’avais le don de me remettre sur ma voie, de me faire voir la réalité avec de nouveaux yeux.
T’avais l’don de me traiter comme une petite sœur, comme si tu voulais me protéger tout en me laissant aller…
T’avais ben des dons.
T’avais le don de dire mon nom comme s’il y avait de la lumière dedans. J’aimais ça.
T’avais le don de nous rendre bien.

J’sais pas trop pourquoi je t’écris tout ça… Au fond, c’est tout mêlé dans ma tête pis je tourne en rond. J’arrive pas à te dire ce que vraiment je voudrais te dire… Ça sort pas. Ça se coince un peu dans le creux de ma gorge…

Au fond, j’veux peut-être juste te dire que je t’aime.
Au fond, je veux peut-être juste te dire que je ne t’en veux pas.
Je ne comprends pas tout, mais je ne suis pas fâchée. Je ne te dis pas que j’accepte sans rechigner, mais je ne suis pas fâchée. Je trouve ça difficile, je pleure beaucoup, j’en arrache en criss, mais je t’aime, mon amie.
T’as pas à tant faire, ma guerrière.

Merci pour la force et le courage que tu m’as transmis.
Merci mon amie.
Je t’aime, pis j’suis pas toute seule à t’aimer.
Oublie pas ça, ok?

Allez, va te reposer!

Je t’aime, Eve. Salut!

Publicités

Une réflexion sur “1969-2012 ou Le Repos de la Guerrière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s