Le Fantôme de la Grande Bibliothèque

New York a ses crocodiles qui vivent dans les égouts. Londres a sa bête monstrueuse, tapie dans un labyrinthe de souterrains oubliés. Mais Montréal n’est pas en reste. Montréal aussi a sa légende : le fantôme du Forum!

Mais que fait-il maintenant, ce fantôme glorieux, depuis que son antre n’existe plus? On pourrait croire qu’il a pris une retraite bien méritée, mais il n’en est rien. Un fantôme doit hanter. Sinon, il n’est plus un fantôme. Il a donc suivi une tendance bien ancrée dans notre société moderne : après de longues réflexions, il a réorienté sa carrière. Et de manière plutôt drastique, comme vous pourrez le constater.

Car de l’univers brutal et viril du hockey, notre fantôme est passé au monde silencieux et culturel du livre. Oui, vous avez bien lu : du livre! Décision bien compréhensible pour un fantôme vieillissant, à la recherche d’un endroit plus calme pour faire ses mauvais coups. Or quand il mit le pied dans la Grande Bibliothèque pour la toute première fois, notre fantôme eut un véritable coup de cœur. Un terrain de jeux de six étages, juste pour lui! Des milliers d’usagers et des centaines d’employés à enquiquiner quotidiennement! La tentation était trop forte. Le bâtiment tout neuf devint son nouveau domicile.

Son plus grand coup d’éclat est resté dans les mémoires longtemps. Vous vous souvenez de ces plaques de verre s’écrabouillant sur les trottoirs? C’était lui. L’inondation de notre précieuse salle de tri du sous-sol? Encore lui. Mais il a appris, avec les années, à opérer de manière plus subtile et plus aléatoire, histoire de ne pas se faire repérer…

C’est lui qui fait naître le chaos en déclenchant des pannes informatiques, des pannes d’ascenseur, ou en bloquant notre convoyeur. C’est lui qui fait disparaître nos indispensables chariots. Un sans-abri schizophrène parle tout seul et se fait mettre à la porte, le pauvre, par nos valeureux agents de sécurité, parce qu’il dérange. Avec qui, vous croyez, ce sans-abri était-il en train de jaser? Et tous ces « documents dits retournés », c’est la faute à qui vous croyez?

Mais le plus abominable de ses méfaits, c’est d’avoir un jour volé le sandwich jambon-fromage-moutarde de notre cher collègue Yves, qui à l’heure du dîner s’est retrouvé sans rien à manger. Impardonnable vous dis-je!

Ce fantôme est laid comme un rat, et comme un rat il ne reculera devant rien! Alors chers amis et collègues de la Grande Bibliothèque, ne manquons pas le bateau.  Contactons immédiatement un exorciste. Mais faisons-le dans la plus grande discrétion! Car si l’existence de ce fantôme venait aux oreilles de nos usagers, ils pourraient bien en profiter pour mettre leurs frais de retard sur son dos!

Publicités

2 réflexions sur “Le Fantôme de la Grande Bibliothèque

  1. « Pauvre petit fantôme alors… » comme dirait Sol !
    Plus de forum … presque plus de hockey et vous voudriez l’empêcher de lire ??? Il s’occupe de culture maintenant, laissez-le vivre !
    Il est laid ? Ouin pis ! Il joue des tours ? Ça met du piquant dans vos vies j’en suis certaine !
    signé : FLF (Front de Libération des Fantômes … rien de moins)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s