Le son de la fin

6 janvier 1993

Aujourd’hui, c’est fini. Aujourd’hui, je ne veux plus rien dire. Aujourd’hui, je ne PEUX plus rien dire. Aujourd’hui, mon pote Dizzy est mort.

Plus jamais je ne sentirai son souffle puissant faire vibrer mon cuivre, faire tourner les têtes, faire valser les chevilles.

J’ai la nostalgie de ces premiers moments d’extase où il m’a fait découvrir des sons que je croyais impossibles.

Et j’ai la chienne de ne plus être qu’un objet qu’on admire derrière une vitre, un trophée à la gueule de travers, la fierté d’un collectionneur.

 

Extrait du Journal de la trompette de Dizzy Gillespie, ed. EdiSon, 1999.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s