Une histoire à quatre finales

Il était une fois au centre-ville de Montréal un jeune couple d’amoureux qui se préparait à passer une superbe soirée.  Pour célébrer leur deuxième anniversaire de mariage, l’homme avait réservé une table au bar à sushis qu’ils adoraient tous deux fréquenter.  Mais à leur arrivée au restaurant, la table que leur présenta le serveur ne plu pas à la femme. Elle préférait changer de place, s’asseoir près de la fenêtre, sous la terrasse vitrée.  Le serveur obtempéra, alla nettoyer et dresser la table. Quelques minutes plus tard, les tourtereaux prenaient place.

–  Ah! Je suis contente! C’est parfait, ici. Y’a beaucoup plus de lumière… on voit les gens passer!

–  Oui tu as raison.  Je ne sais pas pourquoi ils nous avaient mis au fond du restaurant, surtout que j’avais réservé…  D’habitude, ils nous mettent toujours sur la terrasse.

–  C’est pas grave, au moins on y est maintenant!  Je suis tellement contente de venir manger ici avec toi ce soir.  J’y ai pensé toute la journée au travail!

Le serveur apporta les menus et leur demanda s’ils voulaient quelque chose à boire.

–  Oui, apportez-nous une bouteille de champagne s’il-vous-plaît.

La femme ouvrit de grands yeux surpris.  Le serveur fit un grand sourire à l’homme et repartit vers la cuisine.

–  T’es fou!  C’est le prix de trois bouteilles de vin!

– Tss-tss-tss, qui est-ce qui paye?!  C’est ta fête la semaine prochaine… Et puis ça fait deux ans que je suis marié à la femme la plus merveilleuse au monde!

La femme secoua la tête en riant.

FINALE  «C’est arrangé avec le bon Dieu»:

Ils en étaient à la moitié de leur repas quand un bruit inquiétant se fit entendre depuis le fond du restaurant.  Soudainement, le lustre immense qui surplombait la salle à manger se décrocha du plafond et s’effondra sur une table juste au-dessous. Cette table, c’était celle qui leur était destinée… et qui, par chance, était restée vide.

FINALE «Destination ultime» :

Ils en étaient à la moitié de leur repas quand la femme eût un drôle de pressentiment.  Ne voulant pas inquiéter son mari, elle s’excusa, se leva et se rendit à la salle de bain pour se passer de l’eau froide dans le visage.  Tout-à-coup, un bruit épouvantable et des cris d’horreur l’alertèrent.  Elle se rua hors des toilettes et courut jusqu’à la terrasse où elle trouva son amoureux sous le choc, blessé, les yeux hagards.  Un bloc de béton s’était effondré sur la verrière et avait littéralement écrasé la chaise où elle se trouvait deux minutes plus tôt… Ouf, il en avait fallu de peu.

FINALE «Ça aurait dû se terminer comme ça» :

Ils en étaient à la moitié de leur repas quand la femme annonça à son amoureux que c’était le meilleur repas de sa vie!  L’atmosphère était parfaite, l’endroit idéal, la soirée magnifique. Complices, ils rentrèrent plus tard après avoir vu les feux d’artifices, la tête et le ventre pleins de bonheur. Et dans l’amour, en toute quiétude, ils se glissèrent au lit et conçurent leur premier enfant.

FINALE «La Régie du bâtiment et ses défaillances» :

Ils en étaient à la moitié de leur repas quand soudain la verrière au-dessus d’eux explosa avec fracas sous la chute d’une dalle de béton qui écrasa littéralement la femme devant les yeux de son amoureux.  Celui-ci eut des doigts sectionnés et de multiples blessures causées par les éclats de verre.

On parla quelques jours dans les journaux de cette mort inusitée.  On en fit même une reconstitution dramatique dans une émission à sensations de mauvait goût intitulée Une mort insolite.  On se questionna sur la sécurité défaillante de certains immeubles du centre-ville.  Puis l’histoire sombra dans l’oubli.  Dans l’imaginaire collectif.  Mais encore aujourd’hui, l’homme se demande: « Mais pourquoi avait-elle voulu changer de table?  Et pourquoi est-ce que j’ai réservé dans ce restaurant, à cette heure précise, cette journée-là? Pourquoi ne sommes-nous pas allés ailleurs? »

Profitez de la vie pendant que vous y êtes.

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/200907/21/01-885897-je-vais-mennuyer-de-toi-pour-toujours.php

Publicités

Une réflexion sur “Une histoire à quatre finales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s