Obsession

Tous les soirs j’attends la nuit

Seul dans ma chambre

J’ouvre ma cicatrice

Je suis le seul à connaître son existence

Lentement le scalpel descend le long du sillon qui relie mes chairs

Il est encore sanguinolent de la nuit dernière, pas encore remis des sévices de la nuit d’avant

J’étouffe un cri, je serre les dents

Je ne veux pas réveiller mes parents

Le sang perle sous le passage de la lame, de l’Exacto !

Ma fermeture éclair de chair s’ouvre alors sous mon regard concupiscent

Le miroir au plafond de ma chambre guide chacun de mes gestes, reflète chacune de mes actions

Je mets à nu mon torse nu – encore

Ai-je cœur, bat t-il encore, je veux le savoir, je veux le voir !

Publicités

Une réflexion sur “Obsession

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s