Suite

Ça fait presque deux mois qu’il ne lui a pas dit au revoir, mais qu’il est parti quand même.

Les écorchures se sont mutipliées, sur les bras, les jambes et son ventre. Pourtant, elle ne ressent rien, plus rien. Comme un vide, un néant.

Elle s’est fait une playlist pour lui, comme pour le garder avec elle malgré son absence. Les chansons se succèdent sans fin, plus tristes les une que les autres. Elle pense à lui et se dit qu’elle ne sera jamais capable de passer à autre chose.

****

 

Une belle brute est remontée vers le nord avec elle, à bord d’un taxi. Une brute masculine.

Elle l’a embrassé. Il l’a caressée. Ils ont dormi ensemble, collés, avec Meddle qui grésillait sous l’aiguille de la table tournante. Ça lui a fait du bien. Ça lui a changé les idées. Mais le vide est toujours plein de son silence à lui, qui est parti sans dire au revoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s