Calvaire

Bon dieu, j’angoisse, je dois me travestir sans négatir.

Qui a eu cette idée de maudite soirée masquée?

Je suis vide mais assouvie moi. Pas du tout l’envie d’entrer en contact avec mon imaginaire. Il me saoule à chaque fois. Pas le meilleur, pas eu le choix. Je suis née avec une vieille fantaisie finie depuis belle lurette. Du vieux temps qui passe et repasse.

Je ne veux pas, je n’ai jamais voulu. Je n’ai pas l’ambition de réveiller des yeux avec ma gueule, de danser non plus. Je veux gâcher Noël. Je veux haïr. Je ne veux pas de règles.

Je pourrais juste ne pas y aller, ou je pourrais être rêche enfin. Enfin moi dans ma totale et chère insignifiance. Passer dans le beurre en délice. Faire une moue molle désenchantée, comme un enfant pas fou du roi. Je serais comme au-dessus des affaires, un papier glacé.

Non, si je fais ça ils me le diront. J’attirerais l’attention plus que moins et je donnerais soif de me comprendre. Je me démarquerais par mon démasquement.

Je suis prise au piège. J’ai du mal à m’aligner, je vais vomir.

Pardieu je m’élance, je me mets un sac sur la tête et je me le serre autour du cou. Ce sera ça, un point dans ma ligne, un ne pas de plus dans mon texte.

Me font chier les contraintes.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s