Underground Soup

J’habite New-York depuis trois générations et ce que je vais vous raconter ce soir dépasse l’entendement

Je vous dirais bien ce que j’y ai fait depuis toutes ces années – mais je crains encore des représailles

À mon âge cependant – 73 – mes activités ont plutôt ralenti – plus personne ne devrait avoir à s’inquiéter – disons que j’ai passé le relais

Je recherche maintenant davantage l’anonymat – une petite vie tranquille – pimentée çà et là – au gré de mon humeur du jour – et de ma validité du jour

Depuis quelques années – disons que bien des choses ont changé

Mais certaines demeurent – celles qui me sont chères – celles qui chaque jour repoussent un peu plus loin mon entrée au cimetière

Parmi celles-ci – mon rendez-vous tous les vendredis chez Tian Min – enfin chez son fils – Tian Min Junior – car Tian Min Senior a quitté ce monde l’automne dernier

Les causes du décès ne m’ont pas été révélées – la dure loi du milieu l’oblige

Le sentiment n’a pas trop sa place ici

Enfin – jamais je n’aurais pensé lui survivre

Tian faisait le meilleur bouillon de poisson que j’ai jamais goûté – les français parleraient de bouillabaisse – mais Tian faisait encore mieux – j’ai beaucoup voyagé – et laissez-moi vous dire que c’est ici – dans ce sous-sol sans enseigne de cette petite rue malfamée du Queens que les restes d’arêtes et de têtes sont mis en soupes de façon divine

Je pourrais aussi vous parler de tant de choses qu’on y passerait des nuits – comment j’ai rencontré Tian au Vietnam – de la façon dont je l’ai ramené par bateau dans un container bourré d’héroïne – des hommes que j’ai tués à mains nues – de mes amours amers – de mon enfance dans la rue – de mon alcoolisme vaincu – mais tout cela nous mènerait trop loin – de toute façon tout ça c’est du passé – n’en parlons plus

Revenons à Tian Min – et cette nuit du 12 janvier dernier – Tian Min Junior entendons-nous

Tian Min Senior n’aurait jamais agi ainsi – du moins je le crois – du moins je l’aurais souhaité

Le resto n’a pas d’enseigne depuis 25 ans – aucun guide n’y fait mention – il n’est catalogué nulle part d’autre que dans l’estomac des accoutumés initiés du monde interlope – en d’autres mots il n’existe pas

Depuis cinq ans déjà – Tian Min Junior m’inquiète – moins bridé et moins dévoué que son père – il insiste à chacune de mes entrées hebdomadaires

Monsieur – vous vieillissez – vous vieillissez trop – vous devriez vous faire livrer – pour votre bien – on livre – soupe – poisson

Et moi je réponds – maison c’est mort – je veux sortir jeune homme – vivre

Une fois assis – je me dis – qu’est-ce qu’il me fait chier ce jeune petit trou du cul

Je n’avais pas bien saisi la portée son message

Mais cette nuit du 12 janvier – j’ai tout compris

Vieil homme = Risque

Ici tout est clandestin dans la plus grande ville du monde – du plongeur au propriétaire – de la soupe que je mange depuis 25 ans aux poissons aux provenances incertaines

En ramenant Tian Min Senior à l’insu de tous – des rivages ravagés d’un Vietnam en guerre – J’ai participé à créer un empire clandestin qui aujourd’hui me dépasse et me menace

Ce soir-là – ma dégustation d’une crevette internationale au safran d’ailleurs fut accompagnée d’un malaise de vieux ayant trop vécu – un malaise sérieux – douloureux – du genre fatal

Du peu de lucidité qu’il me restait j’ai sorti mon cellulaire pour appeler une ambulance – j’avais à peine composé le numéro qu’il me fut confisqué par une serveuse assurément entraînée à la chose – puis cinq hommes habillés de blanc m’ont aussitôt pris en charge pour me descendre dans un deuxième sous-sol très humide et très froid où j’ai cru reconnaître un des plongeurs

J’ai pensé que toute trace de ma présence avait dû être aussitôt effacée – je connais mon ex-métier quand même

Je suis donc resté douze jours et douze nuits aux soins intensifs du restaurant qui ne figure dans aucun guide gastronomique

Une fois remis – une fois de retour dans la rue – j’ai demandé à Tian Min Junior – mais qu’arrive-t-il à ceux qui ne te connaissent pas comme je te connais et qui risquent de porter plainte – ou ceux qui succombent simplement à leur malaise

Il a tourné la tête vers ses fourneaux fumants et bouillonnants – vous savez – on sert de tout ici monsieur – cher ami de mon défunt père – de la tête à la queue – un extra est toujours le bienvenue

J’ai ri jaune

J’avais créé un monstre

Inutile de dire que je n’y suis plus jamais retourné

Non pas que ce soit mauvais – loin de là – je ne voulais simplement pas partir en entrée

Voilà tout !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s