Couscous

Chère Johanne,

Je tenais à écrire cette lettre suite au souper que j’avais préparé pour toi. De mon point de vue, j’ai trouvé que tu es partie très vite et je n’ai pas compris.

Le couscous aux merguez que je prépare depuis des années selon la tradition familiale semble t’avoir fait fuir.

J’ai entendu ma mère me répéter à maintes reprises que je me devais d’être flexible dans la vie, que je devais faire avec ce que j’avais. J’ai aussi appris d’elle que, par-dessus tout, c’est l’intention qui compte. Je t’ai donc préparé ce couscous en y mettant tout l’amour que j’éprouve à ton égard. Étant sans le sou, débordant de bonnes intentions, j’ai remplacé ce que je n’avais pas, la semoule de blé, par ce que j’avais, des flocons d’avoines.

Johanne… En voyant le désarroi sur ton joli minois, j’ai réalisé que j’avais lamentablement échoué. Je t’avais pourtant dit d’y ajouter du harissa, moi-même ni voyant que du feu. Je t’avais aussi fortement suggéré d’ajouter plus de bouillon, de carottes et de navets, et encore des raisins de Corinthe et plus de pois chiches pour dissoudre la texture quelque peu différente… J’ai croisé ton regard horrifié et j’ai su que tout avait changé.

Je ne sais plus si nous pouvons continuer. Je me questionne énormément. Je te trouve fermée, Johanne.
Je t’aime, tout de même. Et du coup, je me sens perdu.

Michel

Publicités

Une réflexion sur “Couscous

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s