Mélodie en sous-sol

Mélodie se lève les yeux encore brouillés par un sommeil trop court. Elle se dirige à la cuisine et se prépare son café. Dehors une neige à gros flocons tombe et s’accumule sur le sol. Elle se branche sur le site de Météomedia. Effectivement comme elle le craignait une belle tempête va s’abattre sur le Québec. À Montréal un minimum de 25 centimètres sont attendus. Il y a même une alerte météorologique en vigueur.

– Pourquoi aujourd’hui ! C’est pas le moment ! J’ai trop de choses à faire aujourd’hui, j’ai pas de temps à perdre à être prise dans une tempête, maudit !

Mélodie se prépare pour sa longue journée tout en rageant intérieurement. Elle sait qu’elle ne peut pas y faire grand chose. Mais qui sait ce qu’elle serait prête à faire pour éviter tous les désagréments à venir. La journée va va être bordélique et elle le sait.

– C’est sûr que ça val mal aller: c’est écrit dans le ciel.

Déjà sur les trottoirs ça commence à être difficile avec la croûte de glace sous la neige. C’est trop glissant: des voitures ne peuvent s’arrêter à temps aux arrêts et aux feux de circulation. C’est certain qu’il va y avoir des accidents.

Bruit de klaxon. Mais c’est trop tard: un camion de livraison vient d’emboutir une voiture. Le conducteur sort de sa voiture armé d’un bâton de baseball, frappe de toutes ses forces la carrosserie du camion tout en sacrant à pleins poumons.

Mélodie arrive à la station de métro Papineau. Enfin un peu de répit. Elle attend le prochain wagon en organisant sa journée. Il ne faut pas oublier de relever le défi de Béatrice sur le blogue littéraire.

Perdue dans ses pensées, elle n’est pas trop consciente de ce qui se passe autour d’elle: un sans abri endormi qui cherche un peu de chaleur, des jeunes qui se poussaillent entre eux, un autre plus loin qui dessine une barbe sur une affiche publicitaire.

Mélodie commence à s’impatienter. Elle regarde sa montre. La rame de métro arrive enfin. Elle entre et s’assoit à côté d’un homme âgé plongé dans un livre.

La rame démarre puis s’arrête brusquement. Les lumières du wagon s’éteignent. Les portes du wagon demeurent fermées.

Quelques minutes plus tard:

– Avis aux usagers:  en raison d’un problème électrique le service est interrompu pour une période indéterminée sur la ligne verte entre les stations Lionel-Groulx et Berri-Uqam.

– Ah non !!! J’vais faire un meurtre si ça continue d’même !

Ça se confirme: la journée s’annonce longue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s