Une journée dans la vie de Béatrice et aussi (d’une certaine manière) de Mélodie, Daphnée, Aude, Viviane et Charlotte

Je vais vous le dire: c’était un jour comme tous les autres jours de la semaine. On sentait tout de même dans l’air comme une effervescence mais qu’on ne pouvait définir avec précision. Béatrice avait ressenti cette émotion juste à ce moment précis où elle devait sortir. Elle était restée trop longtemps quasiment enfermée entre ses quatre murs parce qu’il avait fait un vrai froid de canard ces derniers jours. L’air allait la revigorer, il le fallait, elle avait des projets en tête.

En sortant, le soleil lui fit plisser des yeux car elle n’avait pas apporté ses lunettes fumées. Tant pis: elle s’en passera.  Elle avait plusieurs choses à faire. Aller à l’épicerie puis à la SAQ, revenir à la maison. Repartir pour la librairie pour aller chercher un livre qu’elle avait fait mettre de côté: ‘Le livre de l’intranquillité’ de Fernando Pessoa.

En chemin elle regarda ce qu’elle avait noté pour ne rien oublier. Ah oui: aller remettre deux CD et un roman policier empruntés à la Grande Bibliothèque (pour éviter l’amende de retard), faire un lavage.

De retour chez elle, Béatrice rangea ses provisions, puis reparti. Direction Grande Bibliothèque. Elle n’avait pas l’intention de faire d’autres emprunts: ça ne devrait donc pas prendre trop de temps. C’était sans compter les usagers qui voulaient absolument avoir leur petit panier pour remettre leurs livres et CD sur le petit tapis roulant. Ça finit toujours par créer une congestion. Tellement que parfois un employé de la bibliothèque prend un des paniers sur le tapis et entasse pêle-mêle les retours. Relativement chanceuse, Béatrice n’a pas eu à attendre trop longtemps afin de remettre ce qu’elle avait emprunté.

La belle descendit au métro pour une seule station, là ou se trouvait sa librairie. Elle était tombée sous le charme de Fernando Pessoa depuis qu’elle avait assisté à une lecture sur cet auteur portuguais. Elle s’était découverte des affinités avec cet homme aux personnalités complexes. Et ça c’est le moins que l’on puisse dire. En effet il a écrit le ‘Livre de l’intranquillité’ sous le nom de Bernardo Soares, l’un de ses hétéronymes.

En ce samedi, je m’y trouvais à cette librairie. J’y étais pour choisir un livre à offrir en cadeau. Je me promenais parmi les ilôts et les tables recouverts de livres. J’étais près de la caisse lorsque j’entendis une cliente dire qu’elle avait fait mettre de côté le ‘Livre de l’intranquillité’ de Fernando Pessoa. La voix m’était familère. Après tout ce temps, se pourrait-il que…

Je levai la tête en direction de la caisse et c’est bien Béatrice que j’aperçu. Elle avait vieilli mais etait peu changée somme toute. Me rapprochant,  j’ai osé lui demander si elle se nommait bien Béatrice.

– Oui, fit-elle surprise. Elle resta muette une seconde. Oh bonjour Antoine, c’est bien ça ? demanda-t-elle.

– Oui, dis-je. Ça faisait longtemps que j’avais le goût de te revoir.

– Moi aussi répondit-elle d’un air préoccupé.

Je ne pouvais dire avec exactitude si elle disait la vérité. Peu importe.

Après quelques échanges sur nos vies respectives, Béatrice me dit qu’elle doit me quitter: elle est plutôt pressée par le temps.

– Il faudrait bien se revoir, fis-je.

On échangea nos numéros de cellulaire. Béatrice quitta précipitamment la libraire.

Elle ne changera donc jamais cette chère Béatrice me dis-je. Elle mène toujours trop de projets de front. C’est beaucoup trop pour une seule tête. Je l’a vois à la course terminant ses achats tout en échafaudant des plans pour sa soirée. Il faut toujours que ça bouge. Elle a pour son dire qu’une personne qui ne bouge pas est une personne morte.

C’est ce à quoi doit ressembler une journée dans la vie de la belle. C’est du moins comme ça que je l’imagine. Une chose n’est pas fausse cependant dans ce que je viens de vous conter: c’est bien vrai que j’ai le goût de la revoir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s