Le Casino

« Les jeux sont faits, rien ne va plus! »

J’entends la voix de la croupière dans ma tête. Ça sonne et résonne dans mon cerveau, comme si y’avait rien que ça dans mon esprit. Ça pis mon gun.

J’ai même pas de plan. Tout ce que je veux, c’est tout décalisser. En commençant par la porte jusqu’à la face du boss, en passant par le sourire du cave qui m’prend mon cash pis les p’tites croupières, habillées comme des putes de luxe, qui t’en font baver pis qui volent ton cash dès que tu clignes des yeux.

Y’est propre, mon gun. Y’est propre en criss.

J’ai pu rien à perdre, anyway. Y m’ont tout’ pris, les osties!
Ma job, ma femme, ma maison, mon char, mes enfants, jusqu’à mon rasoir.
Moi, j’m’en calisse de mon sort pis d’la mort. C’t’à soir que j’fonce dans l’tas pis j’ai l’intention d’y mettre le paquet.
J’ai des balles en masse.
M’a tirer tant qu’y’en a.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s