Pleine Lune

Je m’enlace à toi, m’entortille, m’enroule.
Ma peau fond sur la tienne qui fond à son tour.
Cires fragiles.
Tes bras m’enlacent, me serrent, me gâtent.
Mes doigts parcourent ton corps et mes ongles s’allongent, pénétrant ta peau, s’y plongent, s’accrochent à tes os. 

Ta peau devient Terre d’accueil où se plantent mes racines. Tu les arroses de ta semence et les fleurs poussent, grandes et fortes, plus grandes et surtout plus fortes que les tours du World Trade Center.
Les avions ne nous écraseront pas.

Entends-tu? Les coyotes copulent sous la lune pleine, pendant que moi je suis pleine de toi.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s