Bouillons

Ça bouille en dedans.
Ça a toujours bouilli.
Là, ça bouille à gros bouillons, ben high sur le rond.
Pis j’ai même pas peur.

À force de manger des claques dans face pis de la bouillie de mépris, tu finis par te dire qu’au fond, t’en méritais pas, d’empathie.

J’en ai arraché. De la peau jusqu’à voir les os. Les mauvaises herbes qui poussaient sur mon cœur aussi, jusqu’à ce que mon corps devienne terre en jachère.
Un moment donné, tu finis par labourer.

Le soleil se lève, ne le vois-tu pas?

Ça bouille en dedans, à gros bouillons, pis j’ai même pas peur.
Ça remplit mon ventre d’une poussée de belles plantes, avec des papillons pis toute.
Full quétaine. Rose bonbon.
Ça sent bon le romarin et la lavande.
C’est bleu tout partout en haut pis je sens tes rayons sur ma peau.

Je veux faire de ton corps un macramé de baisers.
Fais du mien ton terrain de jeux.
Viens.
Construisons des cabanes en couvertes, des chars d’assaut en plumes d’oiseau.
J’embarquerai sur ton corps qui deviendra mon radeau.
Viens.
Je n’ai pas peur de l’eau.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s