Au point du jour

Le temps flânait sur le quai. L’espace s’étirait sur la grève. L’amour suivait les marées.

T’es arrivé à moins cinq, j’me suis trompé de quai, c’était la pleine lune et on l’a manquée.

La nuit fût trop courte. T’aurais voulu que je sois là, j’aurais voulu arriver à temps.

Quelque part là-bas, on referme les jalousies* sur le sentiment, et on se dit meilleure chance la prochaine fois.

 

(*Jalousie: persienne à volets mobiles permettant de donner plus ou moins de jour.)

Publicités

3 réflexions sur “Au point du jour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s