Plaisirs

Antoine était rêveur et un sourire illuminait son visage. Il ne pouvait arrêter de penser à Charlotte. Celle-ci ne semblait pas partager le même sentiment toutefois. Non pas qu’elle le rejetait, mais elle laissait paraître une certaine indifférence bien qu’elle aimait se faire conter fleurette. Il voyait bien que ces efforts étaient vains, mais il continuait tout de même: il aimait faire du charme à la gent féminine. Il avait esquissé une approche auprès de Viviane qui avait semblé apprécier: un sourire avait éclairé son visage.

Antoine pourrait refaire une tentative mais de façon plus soutenue cette fois-ci. N’y a-t-il pas un dicton qui dit qu’il faut entretenir la mécanique si on veut éviter qu’elle ne rouille ?

Quand il se sentait un brin morose, Antoine se plongeait dans ce roman qu’il avait lu et relu plusieurs fois. À chaque fois il en ressortait comme le roi du titre: ébahi. Cette lecture lui procurait invariablement un sourire. Il nota mentalement de le proposer au Baron: à coup sûr lui aussi tombera sous le charme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s