Comme un coucou qui vole au dessus d’un nid.

Quand je suis sortie du taxi, ils sont venus me chercher devant les portes, et j’ai demandé une chambre avec vue sur l’océan. Puis ils m’ont emmenée.

Dans les corridors, des êtres déambulant, l’oeil sans vie, comme des zombies. Dans ma poitrine, l’intime conviction que moi, je suis saine d’esprit.

Cette nuit, dans ma chambre, j’ai peint une fenêtre, et, au loin, la mer.

J’ai regardé les oiseaux voler au dessus de l’eau, je les ai regardé s’envoler vers le soleil qui se levait, ils étaient beaux. Il y en a un qui est passé tout près.

Une plume est tombée sur mon oreiller.

Moi aussi, je peux m’envoler.

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s