Amour et plaisirs masos

J’ouvre les yeux dans le noir. Je ne bouge plus. Son souffle se calme dans mon cou. Ses bras comme des ailes, me tiennent serrée contre lui. Puzzle de la petite cuillère. Je ne veux pas dormir. Je savoure, appuie sur la marche arrière de ma mémoire : son sourire, son regard croustillant, ses menaces de supplice, ses gestes, la douleur qu’il m’inflige, le plaisir qui nous anéantit, l’extase, nos cris.

Maintenant l’heure est bleue et un vent léger entre par la fenêtre. Comme mus par un signal secret et imperceptible, nous nous retournons synchro de l’autre côté de l’aube. Je suis dans son dos. Je le respire, me vautre à outrance dans ses cheveux et glisse mes ongles acérés sur sa peau. Je ne veux pas qu’il dorme, qu’il parte loin de moi dans le sommeil. Je souris béatement. Mille promesses nous lient.

Je vérifie l’alphabet de l’amour perdu.

Mille promesses nous mentent.

Je reprends une gorgée de whisky pour placer un W dans cette histoire et mets un terme à cet exercice d’écriture masochiste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s