Zenitude

Lorsque Béatrice reçu le courriel, elle ne pensait plus à ce concours auquel elle avait participé. Sa contribution ne faisait pas partie des textes retenus pour la deuxième ronde. Son haïku ne respectait pas la forme spécifique au genre littéraire. En effet son second vers avait plus de 7 pieds et en conséquence, le comité n’avait eu d’autre choix que de le rejeter.

La belle relu son haïku. Elle s’y était pris à plus d’une fois avant de comprendre: son deuxième vers se terminait par une syllabe muette qu’elle n’avait pas calculée. Zut !

Par curiosité Béatrice était retourné à la page concours du site pour lire les poèmes retenus. Non pas pour juger la qualité des textes mais bien pour confirmer sa certitude qu’elle n’était pas la seule à voir commis cette erreur. Elle n’a pas eu à en lire beaucoup: quelque uns avaient failli à la tâche.

Bah, tant pis, se dit-elle, en prenant un kiwi. Elle savait que son poème, même s’il ne répondait pas parfaitement aux règles du genre, était três beau. Elle en était pleinement satisfaite et c’était tout ce qui importait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s