Ouvrir Grand

Déposer n’est pas le mot. Ni goûter, ni déguster.
Je ne pas pris le temps.

 

Je pris le temps d’acheter, de tâter, de sentir.
Je suis rentrée à la maison, comme urgée, ai verrouillé la porte. Les mains sales à même le sac. Lancés directement dans ma bouche, les fruits. Les biscuits, à coup de quatre ou cinq.  Je ne goutai point. Avalanche de saveurs gaspillées. S’entrechoquaient kiwis, myrtilles, crosnes, abricot, haricots, topinambours. avec pelures. Sans cuisson.

Accès à l’excès excessif.

 

La danse de la souris en l’absence du chat.
Le wagon sans chauffeur.
Le xylophone de Ruth Underwood.

 

Il y en avait plein. Il y en avait trop.
Ouvrir encore. Pour vomir le tout. Je ramassai les déchets et étouffai ma honte en regardant, une fois de plus, Un Zoo la nuit.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s