Le bonheur des autres

–          Je viens juste de pogner un coup d’barre, qu’elle vous dit soudainement le rouleau à la main, ça te déranges-tu de continuer un moment sans moi si je vais faire une p’tite sieste d’une demi-heure?

–          Ben non, que vous lui répondez, j’suis v’nue pour t’aider.

Vous la regardez quitter la salle de bain avec sa grosse bedaine de presque huit mois. Vous continuez à étaler précautionneusement le latex sur le mur. C’est une de vos meilleures amies et pourtant vous vous surprenez à prononcer mentalement un Tabarnak qui franchi imperceptiblement le seuil de vos lèvres. Sans vous en rendre compte, vous commencez à rouler avec plus de vigueur et moins de concentration. Pour qui se prend-elle que vous vous dites, pour une queen pin du Centre-Sud?! Vous trouvez la tâche de plus en plus ennuyante et la chaleur de plus en plus accablante. Le fait qu’elle soit enceinte ne vous semble pas une raison suffisante pour qu’elle vous traite en boniche!  ….Bon vous reconnaissez que vous y allez un peu fort, après tout, elle a toujours été gentille et généreuse avec vous…. c’est vrai, elle est tellement parfaite… tout le monde l’aime, elle a le sens de l’humour, toujours prête à dépanner un pote dans la merde…C’est tout de même facile d’aider les autres quand on a d’la tune qui rentre régulièrement pis des parents toujours prêts à vous épauler dans les temps durs. Ça vous place dans une position de supériorité. D’ailleurs vous lui devez vous-même un certain montant…un prêt qui date de votre voyage ensemble dans les Zeuropes. Vous restez un moment en suspens à regarder une coulisse descendre le mur mais vous ne voyez rien; vous repensez à ce voyage, au moment où vous vous êtes séparées parce qu’elle s’était mise à vivre une histoire d’amour avec le gars dont vous étiez secrètement amoureuse. Mais bon, vous n’avez pas perdue la face puisque personne n’était au courant même pas elle. N’empêche qu’elle revient avec un bébé dans le ventre alors que vous revenez avec une maladie chopée par un amant de passage trop saoul et trop con pour mettre un préservatif. Vous installez le manche télescopique au bout du rouleau et commencez à attaquer le plafond. Vous prenez le gallon de peinture encore plein au trois quart et en voulant en reverser dans la panne, vous échappez m-a-l-e-n-c-o-n-t-r-e-u-s-e-m-e-n-t le gallon qui se répand au grand complet sur le sol de céramique. Vous regardez la forme que prend la tache qui bientôt occupe tout le plancher. Tout ce blanc vous énerve. À vrai dire, vous avez toujours détesté le blanc. Vous ne pouvez éviter de marcher dedans avec vos bottines. Vous traversez donc la salle de bain et le corridor de bois franc de ce magnifique nouvel appartement que votre magnifique amie vient d’acquérir pour elle, son magnifique mari et son futur magnifique bébé et vous sortez par la porte d’en avant en refermant et en vous disant  »qu’à mange d’la marde! »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s