Speed dating – Le début

Eve se leva avec un sacré mal de bloc. Son premier réflexe fut d’allonger son bras et agripper le pot de Tylenol. En avalant ses cachets, elle dit à voix haute:
-Bordel! Quelle soirée! Des tylenols ou un coucher d’soleil… Pour moi c’est l’contraire…

Elle sortit du lit péniblement et se traina à la salle de bain. Elle ouvrit les robinets afin de sauter sous la douche. Elle constata avec désolation qu’il lui manquait des bouts de la fin de sa soirée. Elle se rappelant tout de même de sa soirée de speed dating…

L’eau chaude la ranima. Elle s’essuya et remarqua qu’elle n’avait plus aucun sous-vêtement de propre. Obligation d’aller à la buanderie immédiatement, malgré le lendemain de veille. Elle prit quand même le temps de se faire un café et un grill cheese. Elle pensa « une bouchée de grill cheese ou faire une tresse à une moppe… Pour moi c’est le contraire… »

Elle ramassa sa poche de linge et descendit dans la rue. Le chien de la voisine se mit à grogner et japper, comme à son habitude. Eve pensa « un chien qui jappe versus une fleur qui fane. Pour moi, c’est le contraire! »

Une fois à la buanderie, elle défit ses bas en mottons, vira ses chandails à l’envers et vida les poches de ses pantalons. Eve sentit sous ses doigts un petit carton. En le sortant, des souvenirs d’un beau jeune homme remontèrent. Elle se rappela que ça avait pourtant cliqué avec lui. Qu’ils en étaient à leurs premiers rires quand il se confondit en excuses avant de jeter sa carte d’affaire sur la table et de s’éclipser à toute vitesse vers les toilettes. Eve avait, à ce moment-là,  immédiatement penser « une gastro? un texto?… Le texto ou le rêve… Pour moi, c’est le contraire. » C’est à ce moment-là aussi que la petite cloche avait sonné, annonçant le prochain galant.

 

Elle conserva la carte et mit les vêtements à la machine. Une fois la lessive commencée, elle alla, par curiosité lire le babillard. Des annonces de ménages, de gardiennes. Des ventes de frigos, de maisons, de cochonneries. Des cartes d’affaires.. LA carte d’affaire! La même qu’elle ressortit de sa poche. Elle afficha un sourire heureux et se dit que c’était un signe. Elle devait l’appeler. Maintenant.

Elle passa à l’essorage, décida de sécher à la maison et elle pacta ses p’tits. Elle pensa, encore: « pacter ses p’tits ou signer un bail… Pour moi c’est l’contraire… »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s