La saison des fraises

Tout le monde au village le craignait.

Il avait fait la légion étrangère, il ne lui restait qu’un seul pied, l’autre ayant été amputé par la guerre.

Il n’avait ni femme, ni enfant, mais un corbeau venait manger dans sa main tous les midis.

On disait qu’il faisait de la télépathie, qu’il pouvait contrôler les esprits.

Mes cousins, téméraires, voulaient faire un détour par ses champs, cueillir des fraises en passant, mais je connaissais l’histoire du vieux et je restai sur le chemin…

Ma peur était plus grande que ma faim.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s