Et si c’était vrai ?

Plus la journée avançait et plus le doute s’installait. Il n’avait toujours pas eu de nouvelles malgré les nombreux appels et textos laissés. Ce n’était pas dans les habitudes de Charlotte. C’est ce qui inquiétait Antoine. Il était certain que quelque chose ne tournait pas rond.

– Je m’en remettrais pas de ne plus jamais voir Charlotte. Il faut que je la retrouve.

Antoine était prêt à tout tenter pour retrouver sa Charlotte, même consulter des tireuses de cartes. Il ne voulait qu’un signe, même par télépathie. Il se sentirait rassuré et ça lui enlèverait une épine du pied.

Ses pensées étaient toutes désordonnées. Une sonnerie le secoua de sa torpeur. Il regarda son téléphone: Dentiste à 16h00.

– Et merde mon rendez-vous ! (Il avait toujours eu en sainte horreur la fraise du dentiste).

En sortant de chez lui Antoine remarqua le temps assombri et vit une légion de corbeaux.

Et si c’était vrai, si son cauchemar de la veille était vraiment prémonitoire ?

yish!!

Faut que je déménage… Je ne suis pas bien ici…. C’est trop haut! Trop près des fils électriques… Les légions de corbeaux qui s’y posent sont tous des agents du gouvernement. Ils font de la télépathie!! Je vous le dis! Ils écoutent mes pensées et les rapportent au gouvernement. C’est pourquoi je me confectionne des petits chapeaux de papier d’aluminium, ça protège!! Je vous le jure!!!

N’allez pas vous imaginez que les corbeaux télépathiques sont la seule manière que ceux au pouvoir ont de s’insérer dans votre tête!!! Oh non non!! Vous mangez des fraises?? HAHA!! Ces petits noyaux qui semblent innocent sont en fait des petits robots qui entrent dans votre corps. Ces robots vont manipuler votre génétique!! On change ainsi vos habitudes, vos désirs, vos idées! Tout le monde le sait! La fraise c’est un OGM! Moi, je ne me mets pas les pieds dans les plats, et j’évite cet aliment néfaste!

Vous pouvez bien me jugez. Mais quand vous serez transformé en robot du gouvernement, vous regretterez ne pas m’avoir écouté! Je vous le dis!!

La saison des fraises

Tout le monde au village le craignait.

Il avait fait la légion étrangère, il ne lui restait qu’un seul pied, l’autre ayant été amputé par la guerre.

Il n’avait ni femme, ni enfant, mais un corbeau venait manger dans sa main tous les midis.

On disait qu’il faisait de la télépathie, qu’il pouvait contrôler les esprits.

Mes cousins, téméraires, voulaient faire un détour par ses champs, cueillir des fraises en passant, mais je connaissais l’histoire du vieux et je restai sur le chemin…

Ma peur était plus grande que ma faim.

 

 

R.I.P

La liberté est fantasmatique

Tout terme prend sa véritable valeur dans son véritable contraire
La liberté n’existe que sous la contrainte
Elle est fugace
Du sable qui glisse entre les doigts
Les interstices qui séparent des barreaux
Un chaton qui chasse l’été dans les herbes hautes d’un pré sans se soucier de son premier hiver

La liberté est naïve – spontanée – c’est un baiser

La liberté – faute d’être durable – est un état d’esprit
Une sublimation
Je choisis d’être libre dans ma prison

L’ultime liberté se lit dans les cimetières
R.I.P

Délivrance

La belle était aérienne. Elle goûtait une satisfaction qu’elle avait rarement connue jusque-là. Elle touchait à un plaisir, un vrai. Comme une jouissance.

Son texte avait une portée. Le nombre de clics sur le site, du moins, était bon signe. Avec sa poésie, Béatrice savait qu’elle allait dominer cette lutte littéraire qu’elle avait initiée il y a quelques mois.

Avec un gros poids de moins sur ses épaules, elle se savait maintenant émancipée. Enfin !