Branle-bas

Debout sur le côté.
Assise sur le devant.
Je respire le parfum de ma fragilité.
Je m’enlace de la crème du sourire jaune banane qui brille dans le ciel.
Une main visible qu’avec le cœur me caresse les poils sur la tête en fredonnant des airs du Moyen-Orient.
Le sauna de mon cœur produit assez d’humidité pour faire cuire la moelle de mes os.
Le textile qui recouvre mon corps est dur comme une écorce.
Le bouillon étourdissant de ma soupe cérébrale refroidira.
Car le thermomètre entre mes miches m’indique que ça ne va pas.

 

L’été

Pseudo rave à Pointe Calumet j’ai quatorze ans et des bottes à cap on est venus à pied le char de son chum est scrap petite pilule jaune petite pilule bleue petite pilule rose c’est Pâques sur ma langue mais ça goûte autre chose la musique va vite et moi j’attends c’est long et ça prend du temps on s’en va chiller dehors avec Mercure pis Sylvain un papillon vient se poser sur ma main le soleil se couche dans le joint qu’ils roulent je suis au milieu de la rue mes yeux courent dessus je regrette de pas avoir de bécik les autres m’appelle je suis bien dehors en d’sous du lampadaire la lumière est douce et je regarde le bois du poteau qui me fait des dessins je fume toute seule je m’étouffe et un bel africain rit ses dents brillent et je souris il m’invite à la plage j’ai une collection d’images que je veux lui montrer à travers le bois on va piquer au bord du lac il y a des herbes qui dansent mieux que moi et en couleurs mais Steph vient me chercher et lui s’en va tout seul au bord de l’eau j’aimerais boire et dessiner mais on retourne en d’dans il fait encore plus noir tous les visages ont les yeux fermés mais moi je vois tout.

Abîme

– Chérie t’étais où?!  J’me suis inquiété une partie d’la nuit! Calvaire!!!  J’ai appelé chez Caro vers 22h elle m’a dit que t’étais partie depuis 20h pis là y est tard en sacrament pis j’étais sur le point de téléphoner aux flics!…t’aurais dû m’appeler ou m’envoyer un texto au moins!…

– Heille! J’suis majeure et vaccinée à ce que je sache! C’est quoi ton problème à toujours t’en faire pour moi! À toujours me guetter!… J’suis juste allée chez ma mère! ……Après mon souper chez Caro, elle m’a téléphoné sur mon cell pour que j’aille la voir. J’ai tout de suite entendu dans sa voix que ça n’allait pas fort fort alors j’ai sauté sur mon vélo pis je suis allée la rejoindre chez elle. Elle était toute rouge pis elle tremblait quand elle m’a ouvert la porte. On aurait dit qu’elle voyait une apparition! Elle m’a regardé et elle s’est mise à pleurer en disant « Chu pu capable Marie comprends-tu?! Chu pu capable! ¨Ça n’arrête pas! La voisine d’en haut avec son ostie d’chien qui fait rienqu’ japper pis qui court partout dans maison! Ça fait des mois que j’dors pu! Je lui ai envoyé des messages courriels mais elle m’envoie chier ou elle me répond pas! Là on dirait que ça vient d’arrêter…c’est juste pour faire exprès parce que t’es là! On dirait! »

-….!!!?

-…faque je l’ai prise dans mes bras pour la calmer pis elle a recommencé à brailler en me disant qu’elle était vieille pis malade pis que la voisine d’en haut fait sûrement exprès de faire tout ce vacarme pour la rendre à boutte pis pour la faire mourir d’une crise de cœur!!!

-…..

– R’garde moé pas d’même! Je l’sais c’que tu penses…Écoute ben, c’est MA mère! J’ai voulu la consoler! C’est humain! Je lui ai dit que j’allais tout arranger, que je vais parler avec sa voisine pour qu’elle installe du tapis à grandeur que ça allait amortir le bruit des pas pis qu’au pire la voisine allait devoir se débarrasser de son chien ou déménager…je voulais juste la rassurer, lui faire comprendre que j’ l’abandonne pas, tu comprends?!….. pis à part de ça ARRÊTE de m’juger! C’est vraiment pas évident de voir quelqu’un qu’on aime dépérir dans l’Alzheimer, surtout quand c’est ta mère! Tu peux pas imaginer c’que ça fait de voir celle qui t’as aidé à devenir une femme, dépérir de même du cerveau! CIBOUÈRE!

– ….

…..t’aurais voulu que j’lui dise QUOI au juste!? Que ça fait 25 ans qu’elle n’a plus de voisin au deuxième? Qu’elle vit dans un bungalow pis qui en a même pas de deuxième étage?! Fuck! Elle avait l’air tellement désorientée, elle était en souffrance! Comprends-tu ça Philippe la souffrance?!! HEIN?! T’aurais fait quoi à ma place?! Même les médecins disent qu’on est mieux de ne pas les contredire! J’comprends pas pourquoi tu me fixes avec cet air d’abruti désolé! Anyway, elle était mieux quand j’suis partie, beaucoup plus calme. J’te gage qu’elle ne me reparlera plus de cette histoire de chien pis de voisine, ça aussi elle va l’oublier…

-….

– Câlisse Philippe, dis queque chose! T’as l’air effondré! J’suis là! J’suis revenue, il ne m’est rien arrivé, ma mère va bien! So what beubé?

-…c’est parce que …mmarie………….MARIIIIE!!!! T’as mère est décédée depuis 10 ans….

-….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Foi/(e)/(s)

Je ne peux rien y faire. C’est plus fort que moi, plus fort que tout.
Ça gronde en dedans, ça fait des ravages, ça risque de tout détruire.

J’y peux rien. Je n’entends que ça. Ça hurle en dedans de moi. Je le sens dans mon ventre.
Comme une raison de vivre, une raison d’exister, une raison de continuer.
Je ne veux pas que ça arrête, je ne veux pas que ça se taise.
De toute façon, c’est plus fort que moi.
Plus fort que toi.
Plus fort que nous.

Je ne peux pas l’ignorer, passer à côté, faire comme si je n’avais rien entendu.
Je ne peux pas pas essayer.
Juste d’y penser, ça me fait souffrir.
Mal dans l’ventre. Yeux qui coulent. Joues mouillées.

Semaine de marde. Semaine de cris.
Je me donne un an pour croire à la vie.
J’laisse le lampion allumé.