Ferme les yeux

Tes paupières ne sont plus lourdes. Ton corps de plumes est chatouillé par le vent qui se réchauffe entre tes jambes. Des yeux bleus rivés sur toi réfléchissent ta lumière. Des bouches excitées par ton odeur te déshabillent de leurs babines. Des nez confiturés cherchent pour ta marmelade. Ce soir c’est étrange.

C’est bizarre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s