Fuck You

J’avais mis un baume et un pansement de plastique sur mon coeur fragile.
Tu as arraché le plaster, sans crier gare, sans m’avertir, pensant peut-être que la plaie s’était refermée.
C’était trop tôt.
Tu as tout’ cassé.

La plaie est grande ouverte et le sang se remet à gicler.
Je n’ai plus de baume, plus de plaster, ni la force de ramasser.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s