En attendant deux mains

Seule dans une pièce à l’éclairage tamisé, la tête dans le beigne de la table à massage, j’attends. Je pense à ce que la vie transporte d’absurdité. Cette musique censée me relaxer, cette odeur d’huile camphré qui me tombe sur le cœur. J’anticipe le plaisir de me faire cajoler les omoplates de sentir une pression sur ma colonne meurtrie. J’entends le bruit de la porte, quelques pas. J’ouvre les yeux pointés sur le sol, je vois les pieds de mon masseur et j’attends toujours. Le temps me parait long, la cassette rejoue les mêmes mélodies de flute de pan et de murmure de cascade. Les pieds n’ont pas bougés. À bout de patience, je relève doucement la tête et regarde l’homme devant moi, son visage concentré. Quelque chose cloche et je prends un moment pour me rendre compte qu’il est manchot.

Publicités

Une réflexion sur “En attendant deux mains

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s