Insomnie obligée

En attendant demain, je suis vraiment en retard.
Mon texte était écrit, rimait beaucoup, était très long.

Les plans ont changé.
Je ne te dois plus rien.
Pis en attendant demain, enfin, en attendant la vie, je me suis camée hardcore.

J’attendais rien. Ni toi ni demain.
Ça traînait sur le comptoir.
Pis j’vois mon congé s’allonger.
Rien demain.
Rien.
Je ne vois pas plus loin que le bout de mon nez.

Je me lèche les lèvres.
J’ai tout effacé.
Autant mon texte que toé.

C’pas ça que je voulais.
J’ai pas l’choix.
Un condom sur mon coeur.
Un speed dans mon corps.

La mâchoire flanche un peu.
T’as tué le feu. Je t’en veux à mort.

En attendant demain, je frappe je crie j’écris.
C’est sûr que je ne dormirais pas.
Parce que, quand je dors, je ne t’en veux pas.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s