grisaille

il fait pénombre.

je ferme les yeux. je tente de faire le vide. oublier l’extérieur. oublier la clameur de la ville. oublier ma présence même. je veux être aérien, flou, impalpable. éthéré. je veux échapper à cet espace malsain. l’odeur y est pestilentielle. je n’ai que des relents putrides de rognures, d’ordures et autres pourritures.

j’ouvre les yeux. toujours ces effluves fétides.

il fait nuit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s