Branlette espagnole

Dernière nuit à Cadix. Le carnaval s’éteint.

Je discute avec les étoiles du ciel andalou sur la Plaza Candelaria

lorsqu’un Wisigoth qui fuit de la cafetière se ramène dans mon baldaquin.

Mon radar ne déchiffre pas les barrissements espagnols de ce radis en rut.

Mais le voilà qui me déballe le grand mât et,

tout en se faisant sécher les dents, s’étrangle le borgne avec acharnement.

D’un geste prompt à esquiver l’estocade,

j’évite de justesse la mousse de ce champagne cheap et me carapate à grandes

envolées, vers d’autres voûtes célestes.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s