Mise en plis

Ce jour-là, j’avais mis deux heures à me préparer. J’avais pris la peine de me raser les jambes, le pubis et les aisselles. Pris le temps de me sécher les cheveux bien droits et d’y mettre une petite huile soyeuse qui rend ma tignasse lisse et la parfume d’une fragrance de muguet et de fruits tropicaux. J’avais enfilé ma jupe la plus courte et ma camisole au décolleté plongeant. En fait, j’avais tout prévu. Je voulais le séduire. Le rendre fou. Et lorsqu’il ne pourrait plus me résister, lui dire que tout ça n’était plus possible. J’étais certaine de mon coup. J’avais confiance en moi.

Nous nous sommes donné rendez-vous à l’endroit ou nous avions fait connaissance. Et croyez-moi, il n’y a rien de romantique là. Nous avons fait ce que nous savions faire de mieux, c’est-à-dire boire beaucoup trop de bière. Beaucoup trop de shooter.
Dans l’ivresse, mon odorat devint tellement fin que je pouvais sentir l’odeur de ses aisselles et de son sexe. Je venais de perdre mon combat.

Je l’ai alors invité chez moi. Nous avons passé des heures à s’aimer. À se dire combien nous étions bien. Nous nous sommes endormis l’un contre l’autre. Comme des amoureux. La chimie était tellement intense que j’ai même aperçu des larmes dans ses yeux.

Au petit matin, Je me suis réveillée seule dans mon lit. Il était parti durant la nuit. Tout ce qui me restait comme souvenir de sa présence ce soir-là, c’était ma tignasse. Des boudins. Des gros boudins encore humides.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s