Fin de session.

Ah ! Enfin ! Depuis le temps que vous y pensiez, que vous en rêviez !  Vous voilà donc étendue sur la table de massage.  Des pierres chaudes réparties sur le dos.  Des mains expertes qui se déplacent en rythme lent, qui dénouent tous les petits et grands noeuds accumulés depuis plusieurs mois.

Vous vous laissez tripoter et votre esprit part à la dérive, on ne sait trop où ni quel en est le fil conducteur.  Vous planez !  Même la musique, pas toujours relaxante  (…faut-il l’avouer ?)  finit par disparaître.  Morphée n’est pas loin !

Ces mains qui ne quittent pas votre épiderme d’une cellule tout le temps que dure ce moment idyllique. Et la chaleur des pierres qui pénètre vos muscles …

Puis, au moment de la détente parfaite … Quelque chose cloche … Ces mains vous quittent.  On vous signifie que la session est terminée, de vous rhabiller « bien sûr prenez votre temps »  …

Cauchemar !!!

Clandestins

… Nous espérions nous rendre  quelque part où il fait chaud … Portugal …  Afrique …. Amérique du Sud … malheureusement, on a pas fait attention au drapeau flottant sur le mât … de toutes façons personne n’y connaissait rien … une croix, du bleu, du rouge, un peu de blanc … et après ?  C’était différent !

Puis le nom du navire : « Sild » … ça nous faisait penser à un diminutif pour Sinbad … Alors ! … nous voilà embarqués en catimini .

Finalement au bout d’un moment, on sent le Sild qui bouge.  Ahhh ! Enfin !!!  On sent aussi … le poisson … En fait toute la cale est imprégnée de cette odeur.  Pouahhh !  Ben ! oui !  Je sais c’est un cargo, pas un bateau de croisière … quand même j’ai le nez sensible !

Plus tard, lors d’une escapade de reconnaissance, notre jeune mousse, à peine sorti de l’enfance, a mis la main sur un dictionnaire islandais/français à la traîne .  Alors par désoeuvrement, je me suis amusé à chercher  si SILD y apparaissait … et j’y ai découvert la raison de cette odeur !  SILD = HARENG !!! …

Et oui, vous avez aussi bien lu … dictionnaire ISLANDAIS/FRANÇAIS !!! … Bye ! Bye ! Pays du gingembre, de la vanille, du cumin et autres douceurs du genre  … été perpétuel …  Bonjour Reykjavik, soleil de minuit, aurores boréales (… quand même, tout n’est pas que noir !) … J’ai juste peur de regretter mon Kanuk … mais, n’anticipons pas ! Commençons par voir où nous mènera vraiment ce périple …

Quelques mois plus tard …

– … nous avons appris, aujourd’hui, qu’un harenguier battant pavillon islandais, qui avait disparu des écrans radar, a été retrouvé, échoué, sur les côtes du Labrador.  Retrouvons notre envoyé spécial  James Cook.

– Oui Céline, le navire de pêche était parti plus tôt cette année de St John’s, Terre-neuve … Il semblerait que les seuls survivants soient des clandestins devant leur survie aux tonnes de harengs entassées dans la cale leur ayant servi d’isolant et … de nourriture … Les clandestins, tous âgés entre 9 et 15  ans, venaient de la ville et se croyaient embarqués sur un cargo pouvant les mener très loin sur les mers chaudes …

Le charme d’un sourire.

Paraît-il qu’il n’y a que l’humain qui sourit.  Exit donc le sourire espiègle de la patte du lit lorsque votre orteil la rencontre lors d’une nuit sans lune.  Exit le sourire condescendant du train qu’on vient de rater, le sourire carnassier du chien qui part avec votre fond de culotte, le sourire énigmatique de la chouette qui vous surprend par son hululement.  Exit aussi le sourire de circonstance de la vaisselle fraîchement lavée qui se prélasse sur l’égouttoir.  Exit à tout jamais le sourire idiot, niais de l’arbre s’élançant à votre rencontre sur la piste de ski.

Ne restera que les sourires angéliques du personnel hospitalier ou des … chérubins !

Starbuck

Qui croirait qu’il y a à peine quelques jours il y a eu une élection, ici, au village?

Le quotidien reprend sa place,

Les employés de la voirie repeignent les lignes jaunes sur la chaussée.  Même la chat de Margot est allé y mettre le museau.  On entend les 1 ères pétarades du début de la chasse.

Le quotidien reprend sa place.

Au printemps on verra si l’élu a tenu parole, si sa réputation n’était pas surfaite, si le cheptel se renouvellera.

Pour que le quotidien reprenne définitivement sa place.

Pour que le village survive.

E=mc2

Albertinou, mon chou !  Sais-tu que j’adore tes cheveux en broussaille … ta grosse moustache, ton air narquois … tes neurones en ébullition.

Avec toi je voguerais sur « les flots bleus de l’été » sur un radeau qui prend l’eau ou même dans la chaloupe de Pi avec ses amis !  Tu pourrais apporter ton violon.  J’apporterais les sandwiches.  Les « Jos Louis » aussi si tu veux … et un dictionnaire pour être sûr qu’on se comprenne …

Dis, mon petit génie, tu veux ?  C’est sûr que je me fie à « ta » loi de la relativité pour rendre tout ça possible … Je ne suis pas folle !  Je sais bien que dans mon monde tu es mort … Mais tout est possible … non ??? Allez dis ouiiiiiiii !

Le choix des armes.

Si c’était moi qui avait eu le choix des armes, ça aurait été drôlement plus artistique !!! Un duel avec de la faïence ou du grès … Non ! plutôt une sculpture mix-media ! … Non !  Art Culinaire !  Oui !  C’est ça !  Le brunch !  Plus spécifiquement le Pain Doré !!!  Sûr que je gagnerais !  Avec mon ingrédient secret : le beurre à l’orange ! Donc : Pain doré dans sa mare de sirop d’érable « moyen » millésime 2013 et son beurre surprise .

Mais non ! Il a fallu que ce soit l’oreiller qui soit décrétée « Arme » !

UNE BATAILLE D’OREILLERS … C’EST PAS SÉRIEUX !!!