109e thème

Thème :

L’évolution de Darwin

Publicités

Por una cabeza

 

Darwin évoluait. À sa façon.
Comme tout le monde.
Comme toi. Comme moi.
Mais pas comme elle. Parce qu’elle, elle était trop p’tite. Mais ça, c’est une autre histoire.

On parlait de Darwin.
Ahhh, Darwin, Darwin…
Lui,
il évoluait pas comme les autres.

Non.

Darwin était toujours un peu à l’écart.
Toujours un peu tout croche, à côté d’la track.
Genre que notre ami Darwin, y fittait pas trop dans l’décor.
Mais ça aussi, c’est une autre histoire.

Anyway…
Même si Darwin aimait marcher, il n’avançait pas beaucoup.
Darwin tournait en rond. Ses pieds pointaient, revenaient vers l’arrière.
Ses orteils traçaient des cercles et Darwin comptait ses pas.

Darwin était quelque peu obsédé.
Darwin était obsédé par le tango. Et il trippait ben raide sur la toune dans Parfum de Femme.
Et il répétait, au moins une vingtaine de fois par jour: « J’suis dans l’noir, Charlie! »
C’était pas mal ça.

Darwin restait stické sur son tango. Pis sur Pacino.
Darwin n’évoluait pas.
Enfin, pas tant que ça.
Un peu comme toi, pis moi.
Mais pas comme elle.
Mais ça…

Attributs primitifs

Quand Guy mange ses crottes de nez en  »cachette »;

Que Jérôme se gratte la tête et le cul;

Que Mathieu se gonfle le torse pour plaire;

Que Brigitte mange la crasse sous ses ongles;

Que ma mère enlève les poux dans mes cheveux;

Que les hommes poussent des cris assourdissants lorsque leur équipe de hockey compte un but;

Je comprends que Darwin avait raison, tu ne montreras pas à un vieux singe à faire des singeries.

Demain

À force de nous mettre à genoux face contre terre

Dans un monde où la loi du plus fort ne tient plus

que sur la foi aveugle du plus faible,

Vous verrez.

Nos enfants naîtront demain

Avec un coeur de lion, des yeux derrière la tête

Et les huit jambes de Sleipnir…

Ils ne pourront plus

que vous échapper.