112e thème

Thème :

Hallucination

Publicités

Ferme les yeux

Tes paupières ne sont plus lourdes. Ton corps de plumes est chatouillé par le vent qui se réchauffe entre tes jambes. Des yeux bleus rivés sur toi réfléchissent ta lumière. Des bouches excitées par ton odeur te déshabillent de leurs babines. Des nez confiturés cherchent pour ta marmelade. Ce soir c’est étrange.

C’est bizarre.

Le Petit Cirque Interdit

De villages en villages – au milieu des champs de blé – en plein été – la rumeur faisait grand état du passage d’un petit cirque ambulant et de son petit chapiteau – au toit bleu – un petit chapiteau dont on ne retrouvait cependant chaque fois aucune trace – et ce malgré les indications précises recueillies – seulement qu’un sol boueux étrangement remué au milieu d’une clairière trop isolée – on relatait aussi la présence d’une petite troupe itinérante – une petite troupe que seules quelques initiées de fortune qu’on qualifiait rapidement d’illuminées – juraient n’avoir jamais voulu voir !

Approchez – Approchez

Laissez vous tentez par l’expérience sensorielle de votre vie

Allez – venez

La demoiselle à bicyclette qui s’approche là-bas

Sortez de votre vaste campagne – entrez dans mon petit chapiteau

N’ayez pas peur – laissez vous faire

Ici tout se fait et rien ne se dit

Nous vous promettons un voyage comme vous n’en ferez jamais plus

C’est bien

C’est ça

Venez – Venez

Approchez

Entrez

Oui !

Que vous êtes jolie

Merci

Quel âge avez vous

20 ans

Êtes-vous curieuse de curiosités

Oui

Alors continuez d’avancer

Oui ! C’est ça !

Avancez – Avancez

Voilà !

Une petite limonade pour vous rafraîchir

Tenez – buvez moi ça !

Voilà !

Encore un peu

Non !

Très bien

Alors on y va

Continuez d’avancer

Ne craignez pas l’obscurité

Encore – encore – encore un peu

Vos jambes vont bientôt s’alourdir et votre esprit va bientôt s’engourdir

Jusque-là il n’y a rien d’anormal

Allongez vous maintenant

Là – oui – sur ce grand matelas

Vous vous sentez fatiguée

Vous êtes épuisée

Nous allons maintenant vous attacher – pour votre sécurité

Laissez vous faire

Ne résistez pas

Voilà

Ne résistez pas

(chuchotement à l’oreille)

Il est d’ailleurs trop tard !

Branle-bas

Debout sur le côté.
Assise sur le devant.
Je respire le parfum de ma fragilité.
Je m’enlace de la crème du sourire jaune banane qui brille dans le ciel.
Une main visible qu’avec le cœur me caresse les poils sur la tête en fredonnant des airs du Moyen-Orient.
Le sauna de mon cœur produit assez d’humidité pour faire cuire la moelle de mes os.
Le textile qui recouvre mon corps est dur comme une écorce.
Le bouillon étourdissant de ma soupe cérébrale refroidira.
Car le thermomètre entre mes miches m’indique que ça ne va pas.

 

L’été

Pseudo rave à Pointe Calumet j’ai quatorze ans et des bottes à cap on est venus à pied le char de son chum est scrap petite pilule jaune petite pilule bleue petite pilule rose c’est Pâques sur ma langue mais ça goûte autre chose la musique va vite et moi j’attends c’est long et ça prend du temps on s’en va chiller dehors avec Mercure pis Sylvain un papillon vient se poser sur ma main le soleil se couche dans le joint qu’ils roulent je suis au milieu de la rue mes yeux courent dessus je regrette de pas avoir de bécik les autres m’appelle je suis bien dehors en d’sous du lampadaire la lumière est douce et je regarde le bois du poteau qui me fait des dessins je fume toute seule je m’étouffe et un bel africain rit ses dents brillent et je souris il m’invite à la plage j’ai une collection d’images que je veux lui montrer à travers le bois on va piquer au bord du lac il y a des herbes qui dansent mieux que moi et en couleurs mais Steph vient me chercher et lui s’en va tout seul au bord de l’eau j’aimerais boire et dessiner mais on retourne en d’dans il fait encore plus noir tous les visages ont les yeux fermés mais moi je vois tout.