Thème 7

Le thème:

Hypocondrie

Contrainte:

Insérér une phrase-clé en majuscule

Publicités

Une bonne chose

Il allait tout brûler. Il allait détruire ses notes, les disques durs, même les disquettes désuètes qui dormaient sous clé, dans le classeur rouillé. Il allait asperger d’essence tout le labo et y mettre le feu, puis il ferait de même avec lui-même.

L’enfer est pavé de bonnes intentions. Ils étaient jeunes et brillants, recrutés dans les meilleures universités du pays. Un projet grandiose: tester un type de médicament révolutionnaire, une sorte de chimère entre un antivirus et un antibiotique, qui en plus s’attaquait à toutes les cellules anormales de l’organisme. Un soldat bionique microscopique, au service du système immunitaire, rendant ce dernier parfait, infaillible. Lire la suite « Une bonne chose »

Étude de cas

L’avancement de la technologie ne peut qu’améliorer le futur de l’homme. Sauf que parfois, la mauvaise utilisation de ces technologies peut créer des problèmes. Prenons l’Internet par exemple, aujourd’hui tout le monde est connecté. Les médias sociaux permettent de savoir ce qui se passe partout sur la planète et aussi dans la chambre des voisins. Nous avons maintenant rapidement accès à de l’information qui, auparavant, était chasse gardée de « spécialistes ». Aujourd’hui tout le monde peut poser une question sur un moteur de recherche afin d’en avoir une réponse, c’est à se demander à quoi ces soit disant « spécialistes » servent de nos jours.

Cependant, il est important de noter que l’information n’est pas toujours juste, vraie ou validée. Nous n’avons pas à l’écran la nuance de certains faits. Il est toujours préférable de prendre ce genre d’information avec un grain de sel et qu’avant de vendre la peau de l’ours, il faut s’assurer de bien l’avoir tué.

Prenons l’exemple de Myriam. Elle a 25 ans, étudiante en finances, elle vit dans un petit condo pas trop grand, mais confortable. Elle travaille à temps partiel à la bibliothèque de l’université et offre aussi du tutorat en fin de session aux étudiants qui en ont besoin. Elle s’entraîne trois fois par semaine et fait du yoga le samedi matin. Myriam fait bien attention à son alimentation et s’assure de toujours manger des produits bio et frais. Elle boit un litre d’eau par jour et limite sa consommation d’alcool à deux verres de vin rouge par semaine.

Il y a quelques temps Myriam a été atteinte d’un mal de tête, elle a pris deux cachets d’un médicament vendus librement en pharmacie dédié à soulager les maux de tête. Elle a répété ces consignes aux 6 à 8 heures, tel qu’indiqué par la posologie. Après deux jours, elle a commencé à s’inquiéter et a donc décidé qu’une petite recherche sur Internet serait beaucoup plus apte à la rassurer que d’aller faire perdre son temps à un médecin dans une clinique.

Quelques recherches plus tard, et une liste de symptômes grandissante, plusieurs nuits sans sommeil, moins d’eau, moins d’exercices, et voilà Myriam convaincue qu’elle à une tumeur au cerveau. Elle décide donc finalement  d’aller s’asseoir dans la salle d’attente d’un hôpital pour rencontrer un médecin. Ce dernier prescrit à Myriam des cachets en ventes à la pharmacie, une bonne nuit de sommeil, beaucoup d’eau et des exercices de relaxation pour évacuer le stress. C’est à ce moment que Myriam s’est écriée : « MAIS C’EST UNE JOKE?? JE VAIS MOURIR! » avant de s’en aller en trombe.

Aujourd’hui Myriam reste chez sa mère, elle a abandonné son cours en finances et son travail à l’université, elle n’offre plus de tutorat et ne s’entraine plus. Elle passe ses journées sur internet ou à la recherche d’un médecin qui voudra bien lui faire passer les tests nécessaires pour prouver qu’elle a bien une tumeur. Chaque jour, elle est un peu plus désespérée et toujours insatisfaite du diagnostic des médecins. Chaque jour, elle voit ses chances de survie diminuées et sa douleur augmenter.

La morale de cette histoire, mieux vaut l’opinion d’un médecin qu’une recherche sur Internet.

Bonjour. Je m’appelle Julie et je suis hypocondriaque.

Je souffre. Oh, que je souffre. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point. On dirait que je n’ai pas un membre à la bonne place. La tête dans le cul, un poing au ventre, les pieds dans la bouche, le doigt dans l’oeil, le coeur sur la main; la liste est longue.

Ce soir au sous-sol de l’église Saint-Dominique, c’est notre meeting mensuel. Les hypocondriaques anonymes se donnent rendez-vous tous les premiers mercredis du mois. Moi, je suis sur mes derniers miles, je le sais. JE SUIS MOURANTE! Oh à petit feu mais tout de même; un éclat de verre peut anéantir une forêt, sans surveillance. Ne rien prendre à la légère. Surtout pas l’air; elle contient tant de bactéries. J’essaie d’arrêter, mais, parraîtrait-il que c’est plus difficile que d’arrêter la poudre.

En fait, je dis «notre meeting» mais je n’y suis jamais allé. Oh j’ai voulu, quelques fois, mais j’ai toujours mal au coeur, ce jour-là.

Étranges Douleurs

Oui, Docteur. J’ai avalé tous les comprimés prescrits, mais je ne crois pas du tout être dans un meilleur état. Je crois même que les choses empirent…

C’est vrai, Docteur. C’est vrai que mon estomac a pris du mieux. Je ne suis plus ravagée par ces crampes qui me gardent au lit toute la journée. La bosse énorme sur mon genou semble diminuer, mais…

Si j’ai de nouveaux symptômes?? Écoutez, Docteur, maintenant que vous m’en parlez, oui, oui j’ai de nouveaux symptômes, nombreux même…  Comme les bouts de mes doigts qui s’engourdissent et deviennent tout froids… Je me mets à pianoter et je ne sens plus rien et la panique me prend et…

Vous croyez?! Je ne sais plus, Docteur, je ne sais plus… Car qu’en est-il de ces douleurs spasmodiques dans l’œil gauche? Comme si une énorme aiguille venait me perforer la pupille, au même rythme que les battements de mon cœur… Vous croyez au Voodoo? Vous savez cette…

Bien sûr, Docteur… Ça vient, ça part. Mais il doit bien y avoir un lien dans tout ça?!

Ma tête? Non, Docteur, ça ne va pas mieux du tout. Elle me fait mal, me force à faire des choses que je ne ferais pas si je ne souffrais pas. .. Comme la frapper contre le mur. J’imagine que ce n’est pas une solution, mais avec toute cette douleur, ces voix, ces couleurs que je vois, je n’en peux plus, Docteur…

Autre chose? Bien… La gorge, toujours. Ça tire, ça tire et ça ne lâche jamais. Comme si je devenais le pantin d’une force étrange… Vous croyez que ce pourrait être un cancer, Docteur? J’ai peur que…

Vraiment, Docteur? Le cancer ne fait pas souffrir?! Ah bon… Alors pourquoi je ne guéris pas? Pourquoi je ne retrouve jamais cette énergie qui m’aidait à faire la journée?! Pourquoi je…

Écoutez, oui… Cette bosse, là, au bas de mon dos… Vous l’avez touchée? Elle continue de gonfler, de grossir, comme si j’étais enceinte du dos… Et ça fait mal, terriblement mal… Comme si quelque chose grandissait en moi. Je perds le contrôle, Docteur, m’entendez-vous? Je crois que je vais finir par m’ouvrir et tenter de voir ce que c’est… Avec un couteau, ou un scalpel, ou je ne sais quoi… Sortir ça de moi.. Qu’est-ce que ça pourrait bien être, Docteur?

MAIS SI VOUS, DOCTEUR, NE SAVEZ PAS CE QUE C’EST, QUI SAURA??

Non, je ne pense à rien d’autre. En fait, il doit bien y avoir autre chose, mais je n’y pense pas maintenant. Plus ça va, plus je me dis que c’est peut-être ça mourir. Lentement. Surement. Je ne me sens pas bien du tout, mais vous semblez croire que j’invente tout ça, Docteur…

Des tests? Mais bien certainement Docteur! Je suis prête à passer tous les examens que vous jugez pertinents, et ce, jusqu’à devenir votre petit rat de laboratoire…

Bien sûr, Docteur. Mardi ce sera parfait. Je dois préparer une petite valise?

Une grosse?? Très bien, Docteur. Redites-moi l’adresse s’il vous plait, je vais la noter ici, dans mon calepin.

10905, boulevard Henri-Bourassa Est, à Montréal… C’est noté, Docteur. Mais… Je connais cette adresse…  Oui… C’est bien là que se trouve l’hôpital psychiatrique Pinel?…

Conseils d’usage pour être et rester en santé

(notes de lecture tirées du best-seller « Ma seule maladie: l’hypocondrie »
par Pierre Aurain, Éditions Diagnostic, 2012)

Manger dix fruits et légumes de toutes les couleurs chaque jour et les consommer crus le plus possible.
Varier les grains – toujours entiers.
Acheter tout bio et certifié.
Éviter les pesticides, les fongicides, les OGM, les cires et autres agents conservateurs cancérigènes.   Lire la suite « Conseils d’usage pour être et rester en santé »

Le coeur a ses raisons

Jour 1 :

Cher journal, aujourd’hui j’ai remarqué que mon cœur semblait s’arrêter parfois. J’ai senti son battement irrégulier. Plusieurs fois par jour je prends mon pouls et j’écris dans un carnet les résultats. J’ai cherché sur internet et j’ai trouvé : je souffre d’arythmie. En gros, c’est un ralentissement ou une interruption du signal électrique envoyé aux cavités inférieures du cœur (les ventricules), indiquant au muscle cardiaque de se contracter, qui en serait la cause. Je vais aller me coucher, c’est moins pire dans ce temps là.

Jour 2 :

Cher journal, aujourd’hui j’ai senti de la douleur dans ma poitrine. En prenant mon pouls cet après midi, et en me concentrant bien fort, j’ai senti un léger pincement à gauche, dans mon torse. J’ai tout de suite fait le lien : j’avais pris les escaliers pour monter les deux étages jusqu’à mon appartement. Ça ne fait pas de doute, j’ai une Cardiomyopathie hypertrophique.  Cette maladie provoque l’épaississement des parois cardiaques, ce qui rend le pompage du sang plus difficile. L’une des formes de cette maladie provoque le gonflement de la paroi qui sépare les cavités inférieures du cœur (le septum) à un point tel qu’elle bloque le passage du sang.  Dorénavant, je prendrai l’ascenseur.

Jour 3 :

Cher journal, aujourd’hui j’ai aidé Mme. Larose, ma voisine d’en face, à mettre son bidon d’eau sur son refroidisseur. J’ai pas su lui dire non, mais j’ai amèrement regretté lorsque j’ai senti la douleur dans ma poitrine. J’ai refusé ses biscuits au beurre de pinotte et je suis rapidement retourné chez moi. Ce genre de douleur là, ça ne peut être autre chose qu’une Valvulopathie tricuspides, de l’insuffisance tricuspide fonctionnelle qui est secondaire à la dilatation de l’anneau tricuspide par dilatation du ventricule droit sans lésion organique des feuillets valvulaires. Avec tout ça, j’ai vraiment bien fait de choisir un bloc avec un ascenseur!

Jour 4 :

Cher journal, aujourd’hui l’ascenseur était en panne. J’ai couché dans le lobby du bloc appartement. J’avais pas envie de me pèter une crise cardiaque dans mon 3 et demi, tout seul, à 21 ans,  pour la simple imprudence d’avoir pris les escaliers. Ici au moins, quelqu’un pourra me venir en aide si mon cœur flanche ou si un thrombus se forme dans mon myocarde.

Jour 5 :

Cher journal, aujourd’hui le réparateur d’ascenseur m’a demandé en riant si le sofa de l’entrée était confortable pour dormir.  » TOUT EST PLUS CONFORTABLE QUE LA MORT! » que je lui ai crié par la tête en entrant enfin dans l’ascenseur. J’avais vraiment hâte de prendre une douche.